Ferrari : Plus d'agressivité en piste pour Charles Leclerc

Ferrari : Plus d'agressivité en piste pour Charles Leclerc©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 12 juillet 2019 à 10h26

Battu en fin de course lors du Grand Prix d'Autriche suite à une manœuvre limite de Max Verstappen, Charles Leclerc a assuré que les leçons en ont été tirées.

Après un problème technique à Bahreïn, Charles Leclerc a encore vu sa première victoire en Formule 1 lui passer sous le nez. Le Monégasque, au terme d'un duel viril mais pas forcément correct avec Max Verstappen en fin de course lors du Grand Prix d'Autriche, a dû s'incliner face au Néerlandais. Une manœuvre limite de la part du pilote Red Bull Racing qui a provoqué une enquête des commissaires finalement sans effet sur le résultat de la course. Une péripétie dont Charles Leclerc assure avoir tiré des enseignements en vue du Grand Prix de Grande-Bretagne, ce week-end à Silverstone. « L'attitude, je pense, changera. Je pense que ça m'a tout simplement montré que les limites avaient été un petit peu poussées, a déclaré le Monégasque face à la presse avant le week-end de course. J'en suis plutôt content, parce qu'en tant que pilote, on veut toujours conduire d'une manière agressive. Il semble que là, maintenant, on ait le droit. C'est plutôt bien. Après, ce serait bien que ce soit un petit peu plus constant dans les pénalités pour qu'on sache ce qu'on peut faire sur la piste. »

Leclerc milite pour plus de constance de la part des commissaires

L'absence de pénalité à l'encontre de Max Verstappen, malgré un contact net entre les deux monoplaces fait suite à la pénalité reçue au Canada par Sebastian Vettel. L'Allemand avait été sanctionné pour un retour en piste un peu cavalier devant Lewis Hamilton avec un contact évité de peu entre les deux pilotes. Cette impression de « deux poids, deux mesures » de la part des commissaires de la FIA a été au cœur du propos de Charles Leclerc face à la presse. « Pour moi, il n'y a pas de problème. Si l'on prend seulement cet incident-là, je n'ai aucun problème avec l'absence de pénalité. Par contre, quand on regarde les incidents précédents de la saison, j'ai l'impression quand même qu'il y a des choses beaucoup moins graves qui ont été pénalisées, note le pilote Ferrari. Si elles l'ont été, alors je considère que celle-là aurait dû aussi être pénalisée. Mais ça n'a pas été le cas, donc si l'on peut maintenant conduire de cette manière-là, je le ferai aussi et j'en suis le premier content. » Une nouvelle vision qui devra être éprouvée à Silverstone, un circuit où Ferrari ne s'attend pas à être performante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.