F1 - GP d'Espagne (Qualifications) : Troisième pole de suite pour Bottas

F1 - GP d'Espagne (Qualifications) : Troisième pole de suite pour Bottas©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le samedi 11 mai 2019 à 16h09

Intouchable hormis lors de la dernière séance d'essais libres, plus tôt dans la matinée, Valtteri Bottas a signé ce samedi une troisième pole position consécutive, après un tour stratosphérique reléguant Lewis Hamilton à six dixièmes. De leur côté, les Ferrari n'ont jamais su rivaliser et s'inclinent dans les grandes largeurs derrière les Flèches d'Argent, plus que jamais seules au monde.

Il y a quatre mois, sur ce même circuit de Barcelone, un premier constat avait été dressé au sortir des essais hivernaux : Ferrari se trouvait au sommet. Quatre manches plus tard, le retour en Espagne a livré un tout autre scénario, et tire la sonnette d'alarme du côté de Maranello. En qualifications ce samedi, ce sont les Mercedes de Toto Wolff qui ont réalisé le doublé, très largement supérieures à la concurrence et Ferrari, relégué à près d'une seconde. Auteur d'un tour stratosphérique en 1'15''406 - nouveau record du tour en piste - Valtteri Bottas signe ainsi sa troisième pole de suite, et continue de marcher sur l'eau. Hamilton lui-même n'a rien pu faire contre le Finlandais, et termine à six dixièmes du poleman, un gouffre.


Ferrari, le constat d'un échec

« Je ne me suis pas senti mal dans la voiture, mais manifestement nous ne sommes justes pas assez rapides », confiait Sebastian Vettel, troisième à huit dixièmes, au micro de Jenson Button à l'issue de la journée. Car la séance de qualifications en Espagne a livré un constat net et sans appel : après quatre manches, Ferrari est très loin du niveau de performance de Mercedes. Et les monoplaces de la Scuderia, équipées d'un nouveau moteur pour ce week-end, n'ont même pas réussi à glaner la seconde grille. Si Sebastian Vettel a encore été « le meilleur des autres » ce samedi, Charles Leclerc a payé un passage sur un vibreur trop agressif en Q2. Contraint à une seule tentative dans la dernière séance, le Monégasque n'a su faire mieux qu'une cinquième place, derrière Max Verstappen, à plus d'une seconde de Bottas. Une éternité.

Grosjean chasse les mauvais souvenirs, Hülkenberg cauchemarde

L'an passé à Barcelone, Romain Grosjean avait vécu une course dramatique, impliqué dans un accident important dès les premiers virages et causant plusieurs abandons ainsi que la colère de la FIA. Ce samedi après-midi, le Genevois a retrouvé le sourire en se classant au 7eme rang en 1'16''911, meilleur temps derrière les trois écuries du haut de tableau. Il devance ainsi son coéquipier pour un centième et aura l'occasion dimanche de lancer véritablement sa saison en marquant ses premiers points.

Côté Renault, l'après-midi avait  très mal débuté. Dès le début de la Q1, Nico Hülkenberg est allé à la faute, percutant un mur à très faible vitesse. Suffisant pour que l'Allemand perde son aileron avant, coincé sous le fond plat de la monoplace alors qu'il retournait aux stands. S'il a pu reprendre la piste pour enregistrer un tour lancé, ce dernier fut largement insuffisant et n'a permis à Hülkenberg que de se classer au 16eme rang. Son coéquipier a quant à lui rallié la Q3 pour terminer 10eme. Il subira toutefois une pénalité de trois places sur la grille (13eme) pour changement de pièces. L'opération apparaît d'autant plus mauvaise pour les protégés de Cyril Abiteboul que de nouvelles améliorations avaient été présentées ce week-end, précisément dans le but de rapprocher Renault des trois écuries de tête. Force est de constater que l'écurie s'en éloigne encore davantage pour cette première étape européenne de la saison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.