F1 - Etats-Unis : Bottas s'impose, Hamilton remporte son sixième titre mondial

F1 - Etats-Unis : Bottas s'impose, Hamilton remporte son sixième titre mondial©Media365

Aurélien CANOT, publié le dimanche 03 novembre 2019 à 21h49

Deuxième dimanche d'un Grand Prix des Etats-Unis remporté par son coéquipier finlandais Valtteri Bottas, parti en pole position, Lewis Hamilton décroche son sixième titre de champion du monde dans la catégorie reine, le troisième consécutif pour le Britannique, dépassé à quatre tours de la fin par Bottas.


Sixième sacre pour Lewis Hamilton. Déjà titré en 2008, 2014, 2015, 2017, 2018, le Britannique a écrit une nouvelle page de sa carrière ce dimanche en ajoutant une sixième étoile à son palmarès, la troisième consécutive. Le roi Lewis efface ainsi des tablettes Juan Manuel Fangio (cinq titres) et n'est plus qu'à un nouveau sacre d'égaler le record mythique du non moins légendaire Michael Schumacher, sept fois champion du monde. « Je n'arrive pas à y croire », a lâché le héros du jour dans son micro après avoir franchi la ligne d'arrivée en... deuxième position sur ce circuit d'Austin où il était déjà devenu champion du monde, en 2015. Car, oui, comme l'année dernière au Mexique (quatrième), Hamilton n'est pas parvenu à ajouter la cerise sur le gâteau en remportant le GP le jour de son sacre. La faute à son coéquipier Valtteri Bottas, venu le doubler à quatre tours de la fin en profitant du DRS. Seul pilote à pouvoir encore repousser le sixième titre d'Hamilton au Grand Prix du Brésil, le Finlandais n'est parvenu à remplir que la moitié du contrat. Toutefois, grâce à cette manœuvre fatale au Britannique dans le 52eme tour, il tire une partie de la couverture à lui, avec cette quatrième victoire cette saison (la septième en carrière) pour le poleman, la 17eme pour Mercedes, auteur d'un nouveau doublé lors de ce jour qui restera celui de son leader, que Bottas ait gâché la fête ou non.

Vettel jette l'éponge après huit tours seulement !



Le dauphin d'Hamilton au classement avait conservé sa première place lors d'un départ cauchemardesque pour Sebastian Vettel, victime d'un gros problème d'accélération et qui finissait par abandonner dans le 8eme tour sur rupture de sa suspension arrière. A ce moment de la course, le leader avait alors en tête, comme Hamilton, d'aller au bout de ce GP des Etats-Unis en ne marquant qu'un seul arrêt aux stands. Cependant, le passage anticipé de Max Verstappen, troisième de la course (la faute à un drapeau jaune l'ayant interdit de doubler Hamilton dans le dernier tour), a obligé le Finlandais et Mercedes à revoir leurs plans. Contrairement à ce qu'il avait prévu, il s'est donc arrêté (longuement) lui aussi pour passer en gommes blanches, tandis que le futur sextuple champion du monde est lui resté sur sa stratégie initiale, le dauphin de Niko Rosberg en 2016 prolongeant son premier relais pour être sûr de pouvoir aller au terme du GP, une fois les gommes blanches chaussées. La suite de la course a donné lieu au mano à mano attendu entre les deux Mercedes. Après avoir dépassé très facilement Charles Leclerc, quatrième du classement final, pour reprendre la deuxième place et revenir fort sur Hamilton, Bottas a fini par profiter de l'aspiration pour dépasser une première fois le Britannique.

Au 52eme tour, Bottas enlève la cerise du gâteau d'Hamilton




Ce dernier est repassé en tête après le deuxième arrêt de son rival, dans le 36eme tour, avant de se retrouver de nouveau chassé par son coéquipier. Même si l'écart s'est réduit à chaque tour, Bottas a d'abord peiné pour revenir sur les talons de la voiture frappée du numéro 44. Dans le 51eme tour, il a tenté une première fois de lui fausser compagnie, mais il s'est retrouvé tassé hors de la piste par Hamilton, au freinage alors très limite. Mais il en fallait plus pour décourager le blond, qui a fini par être une nouvelle fois récompensé de ses efforts et de son abnégation sur cet ultime dépassement du 52eme tour. Une manœuvre tout sauf anodine dans la mesure où elle a empêché Lewis Hamilton de signer son onzième succès de la saison, une semaine après sa victoire à Mexico. Elle ne l'a pas privé en revanche de ce sixième titre qui le rapproche encore un peu plus des étoiles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.