Alonso : " Il ne se passe quasiment plus rien en piste "

Alonso : " Il ne se passe quasiment plus rien en piste "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Alix Vermande, publié le samedi 18 août 2018 à 15h00

En marge de la course WEC disputée sur le circuit de Silverstone ce week-end, Fernando Alonso est revenu sur l'annonce de sa future retraite en Formule 1. Ainsi, l'Espagnol a clairement exprimé son ennui et le manque de suspense sur la piste.

Fernando Alonso s'est ouvert sur les raisons de sa retraite. L'Espagnol s'est exprimé, ce vendredi devant la presse, à l'occasion de la course WEC disputée sur le circuit de Silverstone. Ainsi, le double champion du monde de Formule 1 a précisé pourquoi il avait décidé de mettre un terme à sa carrière en fin de saison. Un choix qui est la conséquence d'une certaine monotonie ressentie par le pilote McLaren sur la piste : « Ce n'est pas ce dont je rêvais quand je suis arrivé en F1, ou quand je pilotais dans d'autres disciplines, ou même ce que j'ai connu il y a quelques saisons. J'arrête parce qu'il ne se passe quasiment plus rien sur la piste ». De plus, le natif d'Oviedo a estimé que son sport était désormais plus scruté pour des faits extra-sportifs que sportifs : « En fait, aujourd'hui, on parle plus de ce qui se passe hors de la piste que sur la piste. On parle des messages radio, on parle des polémiques... C'est mauvais signe ».

Alonso : « Dur de voir à quel point tout est devenu prévisible »


Fernando Alonso a remporté 32 victoires depuis ses débuts dans les paddocks, avec parfois des scénarios renversants qui ont fait sa légende. Une imprévisibilité de la course qui n'aurait plus réellement sa place selon l'Espagnol : « Certaines saisons, il était difficile de prédire ce qui allait se passer à Spa ou Monza. Aujourd'hui, nous pouvons déjà écrire ce qui va se passer, et donner les quinze premiers, à une ou deux erreurs près. C'est dur de voir à quel point tout est devenu prévisible ». Une nouvelle raison donc qui a poussé l'ancien pilote Renault à se tourner vers de nouveaux challenges. Malgré cela, le « Taureau des Asturies » ne ferme pas la porte à un potentiel retour en Formule 1 : « Pourquoi fermer des portes si jamais quelque chose pouvait se concrétiser à l'avenir ? Je suis encore jeune (37 ans, ndlr), je n'ai pas 45 ans. Ma réflexion m'a mené à arrêter. Mais qui sait...». Si le vainqueur de la dernière édition des 24 Heures du Mans regrette le manque de suspense dans son sport, force est de constater qu'il semble en instaurer un à travers cette déclaration.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.