Yamaha : Le "Doctor" veut une année 2018 moins instable

Yamaha : Le "Doctor" veut une année 2018 moins instable©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 26 mars 2018 à 17h48

Après une saison 2017 difficile avec une moto rétive, Valentino Rossi espère connaître une saison 2018 moins compliquée.

Si Valentino Rossi a décidé de repartir pour trois saisons avec Yamaha, avec un nouveau contrat signé il y a quelques semaines qui l’engage avec la firme d’Hamamatsu jusqu’à fin 2020, il ne compte pas revivre une saison comme celle vécue en 2017. « The Doctor » a, dans des termes fleuris, fait état de ses objectifs après une première course au Qatar qu’il a terminée à la troisième place derrière Andrea Dovizioso et Marc Marquez : « Le premier objectif de cette année est de ne pas faire de courses de merde comme l'année dernière à Jerez, Barcelone ou en Autriche, ne pas arriver sur des pistes sur lesquelles du vendredi au dimanche on n'arrive à rien régler. » Et pour y arriver, il espère compter sur une Yamaha M1 plus constante et consistante que la saison passée. « À mon avis, cette moto-ci nous y aidera parce qu'elle se pilote mieux, ajoute l’Italien dans des propos recueillis par Motorsport.com. Naturellement, il y a des pour et des contre par rapport aux autres, il faut qu'on travaille dans certains domaines, mais on peut essayer d'être plus compétitifs tout le temps. »

Rossi : « Si on veut le podium, il faut qu’on s’en donne les moyens »

Pour redevenir le candidat crédible au titre qu’il était en 2016, au pic de son duel avec Marc Marquez, Valentino Rossi compte sur la réactivité de Yamaha pour faire évoluer sa monture face à une concurrence toujours plus acérée. « L'année dernière, on a été très forts sur les premières courses, d'autant que les autres étaient plus en difficulté, rappelle le numéro 46. Par contre, cette année, si on veut monter sur le podium sur les prochaines courses il faut qu'on s'en donne les moyens, parce que la Honda et la Ducati sont plus compétitives que l'année dernière. » Valentino Rossi ajoute à son argumentation la nécessaire adéquation entre le pilote, sa monture et les pneus Michelin, dont la complexité variera en fonction des circuits visités. « Ce qu'il y a de positif et de négatif, c'est que cette année aussi la différence sur la moto sera grande d'une piste à l'autre, donc personne ne sait ce qui se passera en Argentine, assure le nonuple champion du monde moto. Avec Michelin, plus que le pilote c'est la moto qui compte. Dani Pedrosa et Marc Márquez ont monté le pneu dur parce que c'est le meilleur pour la Honda et toutes les Yamaha ont pris le medium parce que c'est le meilleur pneu pour nous. J'ai beaucoup essayé le pneu dur, mais j'étais trop lent. »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.