WRC : Retour sur la saison et le sixième titre de Sébastien Ogier

WRC : Retour sur la saison et le sixième titre de Sébastien Ogier©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le lundi 19 novembre 2018 à 17h00

Retour sur la saison 2018 du championnat du monde des rallyes qui a vu, au terme du suspense lors du rallye d'Australie, Sébastien Ogier remporter un sixième titre consécutif avant de retrouver les rangs de Citroën en 2019.

Quinze saisons que la France règne sur le rallye mondial. Après l'écrasante domination de Sébastien Loeb pendant neuf ans, celui qui a un temps été son turbulent élève a pris la suite et, contre vents et marées, a su aller chercher une sixième couronne consécutive. Mais ce titre 2018 a sans nul doute été le plus difficile, le plus compliqué et le plus serré de tous pour Sébastien Ogier. Réfugié chez M-Sport en 2017 après le retrait brutal de Volkswagen, le Gapençais a refusé les propositions des principaux constructeurs engagés pour, avec la promesse venue des grands patrons du groupe Ford d'investir massivement pour redonner à M-Sport le statut d'écurie constructeur, rester au côtés de Malcolm Wilson. Une deuxième saison de collaboration entre le pilote français et l'écurie britannique qui a commencé sur les chapeaux de roues avec une victoire sur le rallye Monte-Carlo. Une première manche de la saison qui a confirmé surtout que, pour la deuxième saison de son retour, Toyota allait être un rival sérieux avec Jari-Matti Latvala et, surtout, l'étoile montante du rallye, Ott Tänak.

Neuville, un rival toujours plus affirmé


Mais, dès le rallye de Suède, la donne a changé avec le coup de force de Thierry Neuville. Trois fois vice-champion du monde derrière Sébastien Ogier, le pilote belge avait clairement fait du titre mondial son objectif et, lors de la deuxième manche de la saison, il a tiré parti des erreurs de ce dernier mais également du duo phare de l'écurie Toyota. Un carton presque plein qui l'a installé au sommet de la hiérarchie... mais pour un temps seulement car, seulement sixième au Mexique dans un rallye remporté par Sébastien Ogier devant Ott Tänak et Kris Meeke, il a de nouveau reculé derrière le Tricolore. Il a fallu attendre le zéro pointé du pilote Ford M-Sport au Portugal, consécutif à sa victoire devant son public lors du Tour de Corse et à sa quatrième place en Argentine, pour voir le pilote Hyundai refaire son retard avant de compter plus d'une victoire d'avance au sortir d'un rallye de Finlande qui a marqué un autre tournant dans cette saison : l'avènement d'Ott Tänak comme authentique candidat au titre aux côtés de Sébastien Ogier et Thierry Neuville.

La tornade Ott Tänak


Troisième du championnat du monde en 2017, l'Estonien s'est rapidement imposé comme le fer de lance de Toyota dans cette saison 2018 et l'enchaînement Finlande-Allemagne-Turquie a confirmé ce statut. Pointé à 72 points de Thierry Neuville après le rallye de Sardaigne remporté dans la dernière spéciale par ce dernier, ces trois victoires avec 87 points à la clé contre 32 à Sébastien Ogier et 28 à Thierry Neuville, a rapproché Ott Tänak à 13 longueurs de ce dernier, alors leader du championnat tandis que le champion du monde en titre se retrouvait dans une position très peu enviable avec un retard de 23 points à trois manches de la fin. Une série qui a relancé la saison de Toyota, finalement partie pour conquérir le titre de champion du monde constructeurs en fin de saison, et surtout la course pour le titre pilotes au terme des treize manches de la saison. Et c'est à ce moment que Sébastien Ogier a pris une décision cruciale pour l'avenir de sa carrière, une décision qu'il a mûrement réfléchie et qui vient un an après une première proposition qui manquait de substance pour le convaincre.

Ogier titré par KO


Face à une certaine lassitude face aux retards dans l'investissement promis par Ford et ne voulant pas raccrocher à 34 ans, le Gapençais a fini par céder à la cour assidue faite par Citroën et s'offrir un peu de tranquillité d'esprit avant la dernière ligne droite du championnat. Vainqueur d'un rallye de Grande-Bretagne durant lequel Ott Tänak est parti à la faute, Sébastien Ogier s'est complètement remis dans la course, revenant à sept longueurs d'un Thierry Neuville décevant avant de reprendre les commandes du classement mondial en étant le dauphin du revenant Sébastien Loeb en Catalogne. Mais cela a fait grimacer le pilote Ford M-Sport avant le rallye d'Australie car cette position impose d'ouvrir la route durant la première journée, de balayer la piste et, donc, de perdre un temps précieux. Conscient de l'enjeu, Sébastien Ogier a pris le parti de ne prendre aucun risque, de ne pas commettre la moindre erreur et « advienne que pourra » ! Une stratégie qui s'est révélée gagnante face aux erreurs successives de Thierry Neuville dans l'antépénultième spéciale puis d'Ott Tänak dans l'avant-dernier secteur chronométré, c'est par KO que ce sixième titre mondial est venu. La parfaite manière de mettre un terme à son alliance avec l'écurie de Malcolm Wilson et quoi de mieux qu'apporter le numéro 1 chez Citroën pour un retour triomphal au bercail !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.