Sardaigne : Sordo aux commandes, Ogier en plein cauchemar

Sardaigne : Sordo aux commandes, Ogier en plein cauchemar©Media365

Aurélien CANOT, publié le vendredi 14 juin 2019 à 21h30

Après avoir endommagé sa suspension arrière-gauche la veille en heurtant un portail, Sébastien Ogier (Citroën) l'a cassée vendredi matin dans un choc avec un rocher cette fois. Le pilote sextuple champion du monde en titre a tenté de réparer mais en vain. Il ne poursuivra donc pas cette deuxième journée dominée par Dani Sordo (Hyundai) après un après-midi mouvementé.

Déjà catastrophique, la journée de Sébastien Ogier (Citroën) a tourné au cauchemar lors de l'ES5. Toujours autant pénalisé par son rôle d'ouvreur sur cette piste ayant tout d'une patinoire sur le plan de l'adhérence, l'actuel leader du Championnat du Monde déjà décroché au classement a vu s'envoler définitivement ses chances de victoire finale après avoir heurté dès les premiers mètres de cette spéciale un rocher qui paraissait pourtant bien visible. La tuile de trop pour le sextuple tenant du titre, leader la veille après avoir signé le meilleur temps du shakedown et de l'ES1 mais qui avait déjà eu un aperçu du week-end noir qui l'attendait en touchant d'entrée le poteau d'un portail, endommageant ainsi d'entrée sa suspension avant-gauche. Une même suspension qui n'a pas résisté au choc de ce vendredi peu avant midi autour de Monte Baranta. A peine commencée, la journée d'Ogier, qui a tout tenté pour réparer sa voiture, est déjà terminée. Il n'est même pas sûr que le malheureux pourra reprendre la course, même si les mécaniciens de Citroën ont assuré qu'ils allaient tout mettre en oeuvre pour que cela soit le cas. Il y a des jours comme ça... Le Gapençais aurait mieux fait de rester couché.


Sordo leader après un après-midi mouvementé

En ce qui concerne le classement provisoire, c'est Dani Sordo qui est aux commandes au terme de cette journée de vendredi. L'Espagnol était co-leader avec Ott Tänak après l'ES6, les deux pilotes succédant en tête du classement à Jari-Matti Latvala, qui a connu quelques déboires. Le pilote finlandais a en effet coupé trop court dans une épingle lors de l'ES6 et a vu sa voiture se retrouver sur le flan. Il a perdu près de huit minutes ! « J'ai tellement utilisé de force pour remettre la voiture sur ses roues, personne n'était là pour m'aider", a regretté Latvala à l'arrivée. Victime également d'un coup de chaud, il a reçu le feu vert des médecins pour continuer le rallye. Mais il a encore perdu dix minutes supplémentaires dans l'ES9 après une sortie de route ! Après l'annulation de l'ES7 en raison d'un d'un problème médical lié à un spectateur (le WRC n'a pas donné plus de détails), Sordo s'est retrouvé seul en tête après l'ES8, l'Espagnol ayant repris près de cinq secondes à Tänak. Au final, le pilote Hyundai compte désormais 10"8  d'avance sur Teemu Suninen, qui s'est intercalé entre lui et l'Estonien suite à la dernière spéciale du jour, et 11"2 sur Tänak. Thierry Neuville, prétendant au titre mondial comme Ogier et Tänak, a quant à lui connu un problème de communication avec son co-pilote dans l'ES6 et s'est retrouvé dans un fossé, avec un problème de radiateur. Plombé par un mauvais choix de pneus, le Belge a ensuite commis des erreurs dans l' ES8 et se retrouve septième à 57"7 de Sordo. Cette journée catastrophique pour Ogier (68eme ce vendredi soir) aurait donc pu être pire. Si le rallye s'arrêtait là, ses rivaux ne lui reprendraient que 15 et 6 points, un moindre mal.





 RALLYE - WRC / SARDAIGNE
Classement à l'issue de la 9eme spéciale (sur 19) - Vendredi 14 juin 2019
1- Dani Sordo-Carlos Del Barrio (ESP-ESP/Hyundai) en 1h36'01"5
2- Teemu Suninen-Marko Salminen (FIN-FIN/M-Sport Ford) à 10"8
3- Ott Tänak-Martin Järveöja (EST-EST/Toyota) à 11"2
4- Andreas Mikkelsen-Mikkel Jaeger (NOR-NOR/Hyundai) à 20"25- Elfyn Evans-Scott Martin (GBR-GBR/M-Sport Ford) à 20"3
...
68- Sébastien Ogier-Julian Ingrassia (FRA-FRA/Citroën) à 35'07"8
...

Vainqueurs de spéciales*
Ogier : 1 (ES1)
Suninen : 3 (ES2, ES3, ES6)
Latvala : 1 (ES4)
Lappi : 1 (ES5)
Sordo : 1 (ES8)
Mikkelsen : 1 (ES9)

*L'ES7 a été annulée

Si vous avez manqué le début de la journée

Vendredi noir pour Sébastien Ogier (Citroën). A la traîne depuis le début de la journée, le sextuple champion du monde et actuel leader du classement général a vu son calvaire se poursuivre sur l'ES4. Toujours autant gêné par les conditions sur cette route glissante obligeant les pilotes à balayer constamment (« C'est comme une vache sur une glace glissante », résumait Ott Tänak) et pénalisé par son rôle d'ouvreur, le pilote français a de nouveau dû se contenter de l'un des pires temps des WRC. « C'est comme prévu : nous faisons tout ce que nous pouvons. Jusqu'à présent, la boucle est bonne, mais nous sommes déjà loin ! », déplorait, presque désabusé, le Gapençais, leader la veille à l'issue des premiers tours de roue mais complètement décroché lors de cette deuxième journée sans pour le Gapençais. Avant d'aborder l'ES5, Ogier occupe ainsi la 9eme place, à déjà 25 secondes du leader. Un leader qui n'est plus le même qu'après l'ES4. Deuxième derrière son compatriote Teemu Suninen (Ford M-Sport) quelques heures plus tôt, le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota) a profité d'une erreur de Suninen pour s'emparer de la tête devant ce dernier. Impressionnant sur les 14,4 km séparant Tergu d'Osilo, Tänak s'offre le temps scratch et grimpe de deux places au classement. L'Estonien complète ainsi le nouveau podium.


Meilleur temps du shakedown et de l'ES1, Sébastien Ogier s'était couché jeudi soir dans la peau du leader provisoire de ce rallye de Sardaigne, 8eme manche du Championnat du Monde WRC. Mais Ogier premier, c'est pour le moment de l'histoire ancienne. Gêné par les conditions (« J'ai failli caler. C'était très compliqué dans la descente. Les conditions sont celles attendues (...) C'est incroyablement difficile. C'est très étroit, sinueux et technique, il n'y a rien que je puisse faire »), le sextuple champion du monde et actuel leader du classement général s'est complètement manqué lors des deux premières spéciales de la journée, dont il a signé uniquement le dixième (ES2, plus mauvais temps des WRC) et le neuvième temps.

Un gros couac que le Gapençais paye au prix fort au classement, puisqu'en deux spéciales, il est passé de la première à la dixième place, à près de trente secondes du nouveau leader Teemu Suninen. Malgré quelques frayeurs dues à des pneus capricieux, le Finlandais, au volant de sa Ford M-Sport a signé le temps scratch de l'ES2 comme de l'ES3. Intouchable sur ses deux premières spéciales du jour, Suninen devance son compatriote Jari-Matti Latvala (Toyota) de plus de dix secondes, tandis que le Britannique Elfyn Evans (Ford M-Sport) complète pour le moment le podium.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.