Rallye de Turquie : Ogier se relance, doublé pour Citroën

Rallye de Turquie : Ogier se relance, doublé pour Citroën©Panoramic, Media365

Aurélien CANOT, publié le dimanche 15 septembre 2019 à 13h38

Uniquement vainqueur au Mexique cette saison, Sébastien Ogier a renoué avec la victoire, dimanche à l'occasion du rallye de Turquie, qui a vu les Citroën signer leur premier doublé depuis 2015. Si Ott Tänak, malheureux ce week-end, conserve les commandes du classement général, le quintuple champion du monde se relance complètement dans l'optique d'un éventuel sixième sacre consécutif. Seul bémol : vainqueur de la Power Stage, l'Estonien a pris les cinq points de bonus.

ES17 : Victoire finale pour Ogier, doublé pour Citroën, Power Stage pour Tänak

Deuxième victoire de la saison pour Sébastien Ogier. Vainqueur au Mexique en mars dernier, son unique succès jusqu'à maintenant en 2019, le Français a renoué avec la victoire, ce week-end en triomphant sur le rallye de Turquie. Une course dominée de bout en bout par le quintuple champion du monde et son coéquipier Ezapekka Lappi. Longtemps leader, le Finlandais a finalement dû se contenter de la deuxième place derrière Ogier (à 34"7), comme le lui avait demandé son employeur. Avec la victoire du Gapençais devant Lappi, définitivement décramponné après son tête à queue dans l'avant-dernière spéciale (ES16), Citroën, à la fête comme rarement depuis longtemps, signe son premier doublé depuis le rallye d'Argentine... 2015. Un week-end d'autant plus fructueux pour le leader de l'écurie française que ses deux principaux rivaux Ott Tänak (Toyota) et Thierry Neuville (Hyundai) ont tous deux connu de gros déboires en Turquie. En s'imposant, Ogier opère ainsi un très grand et précieux rapproché en revenant à 17 points de Tänak. Il aurait même pu revenir encore plus près de l'Estonien (très précisément à 12 points) si ce dernier n'avait pas réussi son pari sur le Power Stage. Contraint à l'abandon samedi sur un problème électrique, le leader du Championnat du Monde avait tout misé dimanche sur cette spéciale lui permettant de marquer cinq points de bonus. Temps scratch de la première spéciale disputée sur le même parcours que le PS, Tänak, parti sans roue de secours, a récidivé plus tard pour rafler la mise à l'aube du sprint final pour le titre. Toutefois, à trois manches de la fin de la saison (Grande-Bretagne, Espagne et Australie), c'est bel et bien Ogier qui a réalisé la très belle opération du week-end. Le Français devait impérativement se relancer. Mission accomplie.

 RALLYE - WRC / TURQUIE
Classement final à l'issue de l'ES17 (sur 17) - dimanche 15 septembre 2019
1- Sébastien Ogier-Julien Ingrassia (FRA-FRA/Citroën) en 3h50'12"1
2- Esapekka Lappi-Janne Ferm (FIN-FIN/Citroën) à 34"7
3- Andreas Mikkelsen-Andreas Jaeger (NOR-NOR/Hyundai) à 1'04"05
4- Teemu Suninen-Jarmo Lehtinen (FIN-FIN/M-Sport Ford) à 1'35"1
5- Dani Sordo-Carlos Del Barrio (ESP-ESP/Hyundai) à 2'25"9
...

Vainqueurs de spéciales
Lappi : 3 (ES3, ES10, ES13)
Neuville : 3 (ES1, ES6, ES12)
Latvala : 3 (ES2, ES4, ES15)
Mikkelsen : 3 (ES1, ES9, ES16)
Tänak : 2 (ES14, ES17)
Ogier : 2 (ES8, ES11)
Meeke : 1 (ES5)
Sordo : 1 (ES7)


ES16 : Mikkelsen assure le podium, Ogier a course gagnée

Sauf incident, Sébastien Ogier (Citroën) a course gagnée. Quatrième temps de l'ES16, quatorze secondes devant son coéquipier et dauphin au classement provisoire Esapekka Lappi, à qui son équipe a de toute façon demandé de laisser la victoire au Française, le quintuple champion du monde abordera la Power Stage avec près de 20 secondes d'avance sur le Finlandais, victime d'un tête à queue dans cette spéciale, et près d'une minute sur Andreas Mikkelsen. A la lutte depuis le début du week-end avec Suninen pour la troisième place, le Norvégien a verrouillé sa place sur le podium en signant son troisième scratch depuis le départ. Mikkelsen s'est montré plus rapide que Latvala et Sordo.

ES15 : Latvala, le moins lent des « escargots »

Power Stage en vue oblige, les pilotes, un peu comme cela avait été le cas dans la spéciale précédente déjà, se sont surtout attachés à préserver leurs pneus au cours de l'ES15. Une stratégie qui a donné lieu à une spéciale extrêmement lente qui a vu Jari-Matti Latvala (Toyota) devancer la meute des « escargots ». Sixième de cette avant-dernière spéciale, le leader Sébastien Ogier a le premier cherché à ménager ses gommes. Avec une chose en tête pour le quintuple champion du monde : mettre tous les atouts de son côté pour la Power Stage afin d'empêcher ses deux rivaux Ott Tänak et Thierry Neuville de marquer des points précieux. Personne ne pourra lui en vouloir.

ES14 : Retour gagnant pour Tänak, Ogier garde le cap

Comme il fallait s'y attendre, Ott Tänak (Toyota), stoppé la veille dès le début de la journée par une panne électrique, a fait son retour dimanche lors de la première spéciale de ce dernier jour. Une ES14 qui a vu l'Estonien tenter un coup de poker qui s'est avéré gagnant. L'actuel leader du Championnat du Monde avait en effet décidé de prendre le départ sans roue de secours pour s'alléger. Il a bien fait car il a signé le meilleur temps. Tänak remporte là sa première spéciale du week-end, poursuivant ainsi sa série de rallyes bouclés avec au moins un temps scratch durant le week-end, qui avait débuté en 2017 lors du Tour de Corse. Au classement provisoire de ce rallye de Turquie, en revanche, le Français, cinquième de cette ES14, mène toujours la danse devant son coéquipier finlandais Esapekka Lappi, relégué à 5"7 et auquel son patron a demandé de se contenter de cette deuxième place. Avec les mésaventures de Tänak et de Thierry Neuville (Hyundai) samedi, le chef de file de l'écurie a en effet la possibilité de réaliser une magnifique opération au classement général en cas de succès en Turquie. « Je n'ai pas attaqué assez pour avoir un bon feeling. Le seul chrono où il faudra être rapide, ce sera lors du deuxième passage. Je vais y aller pour le maximum de points », a déclaré Ogier avant d'entamer l'ES15.

ES13 : Lappi réagit, Ogier reste devant pour deux dixièmes

La réaction d'Esapekka Lappi (Citroën) n'a pas mis longtemps à tomber. Relégué à la deuxième place dans la spéciale précédente alors qu'il faisait la course en tête depuis l'ES3, le Finlandais a (presque) remis les pendules à l'heure dans l'ES13 et dernière spéciale au programme de la journée en s'offrant son troisième temps scratch depuis le départ (il avait déjà devancé ses concurrents dans les ES10 et 13). Un sursaut qui permet au coéquipier de Sébastien Ogier chez Citröen de mourir à deux dixièmes de son coéquipier avant la dernière journée, dimanche. Derrière les deux C3 WRC, intouchables pour le moment, on retrouve toujours le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai), troisième à 1'17 du Français. Tout reste à faire pour les deux Citroën de toute façon, Ogier et Lappi ayant terminé cette avant-dernière journée roue dans roue et sans avoir réussi à décramponner l'autre. Passionnant. « Honnêtement, la journée a été parfaite », appréciait Ogier, à qui son coéquipier est visiblement prêt à donner un coup de pouce dimanche. « Je n'en ai pas grand chose à faire de ne pas être premier. Je sais parfaitement ce qui ce serait passé dans le cas contraire. Seb a besoin de ces points et je vais essayer de le soutenir jusqu'à l'arrivée. »

ES12 : Lappi part à la faute, Ogier prend les commandes

Passé en tête à l'issue de l'ES3 sans lâcher depuis son fauteuil de leader, Esapekka Lappi (Citroën) s'est fait déloger de son trône par son dauphin Sébastien Ogier lors de l'ES12, Datça 2. La faute à une erreur - fatale - du Finlandais dans une épingle en descente. Le Français, quatrième de la spéciale, n'en demandait pas tant pour chasser son coéquipier de la première place, tandis que Thierry Neuville (Hyundai), déjà deux temps scratch à son actif depuis le départ (ES1 et ES6), en profitait pour remporter une nouvelle spéciale avec un meilleur chrono que Dani Sordo (Hyundai) et Teemu Suninen (M-Sport Ford), qui devance l'Espagnol au classement provisoire. Un classement qui voit donc pour la première fois depuis le départ le quintuple champion du monde aux commandes. Le Gapençais compte près de 5 secondes d'avance (4"7) sur celui qui avait fait pratiquement constamment la course en tête depuis vendredi. Pourtant, c'est bien Ogier, lui aussi au volant de la C3 WRC, qui prend le pouvoir alors que cette journée touche à sa fin. Avec l'abandon du leader du Championnat du monde Ott Tänak, que l'on ne devrait pas revoir avant la power stage de dimanche, le Français peut espérer réaliser une magnifique opération.

ES11 : Ogier revient au contact

Diminué par des pneus très usés, Sébastien Ogier (Citroën) a retrouvé de l'allant après le traditionnel break de la mi-journée. Et pour le deuxième passage des pilotes sur cette spéciale de Yesibelde (33 km) dont il avait déjà signé le temps scratch, dans la matinée, le Français s'est de nouveau montré le plus rapide. Meilleur temps de cette ES11 devant le toujours leader du classement Esapekka Lappi (Citroën) et Thierry Neuville (Hyundai), en meilleure forme lui aussi, le quintuple champion du monde, qui louait après coup, au même titre que Lappi, de s'être élancé avec deux roues de secours, en profite pour revenir à 2"2 du Finlandais, soit exactement le même temps qui séparait les deux hommes au sortir de l'ES9. Toujours troisième, le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) suit à 1'15".

ES10 : Lappi creuse l'écart sur Ogier

Déjà dominateur la veille, Esapekka Lappi continue de faire la course en tête sur ce rallye de Turquie. Déjà meilleur temps de l'ES3, le Finlandais a conforté sa première place en se montrant de nouveau le plus rapide, samedi juste avant le break lors de l'ES10. Avec Sébastien Ogier toujours deuxième, les Citroën continuent de ne laisser que des miettes à leurs concurrents. Toutefois, le quintuple champion du monde français a encore cédé du terrain à Lappi.Freiné par des pneus très usés, le Gapençais est désormais relégué à dix secondes. « C'était un peu limite avec ce choix de pneus. Ils sont morts maintenant », a reconnu Ogier, tandis que le leader du classement général provisoire, lui, se félicitait d'avoir su conserver son tempo sans pour autant crier victoire. « Ca a été clairement une belle matinée. Le rythme a été bon. Dans la première spéciale, c'était compliqué de suivre Seb avec ses pneus. Dans l'ensemble, c'était bien. Je suis content d'être là, mais ce n'est pas fini. »

ES9 : Lappi reprend du terrain sur Ogier, Tänak jette l'éponge

Après une première journée difficile, Ott Tänak (Toyota) avait retrouvé un semblant de sourire lors de l'ES8, qui lui avait permis de grimper d'un rang. Malheureusement pour l'Estonien, il a vite été rattrapé par les ennuis, et pas des moindres d'ailleurs. Victime d'un problème électrique qui a placé sa voiture en mode sécurité, l'actuel leader du Championnat du monde a ainsi été contraint d'abandonner cette deuxième journée avant même de prendre le départ de la deuxième spéciale (la panne est intervenue durant la liaison), le tout sans aucune garantie de reprendre ce rallye de Turquie dimanche. « Tout allait bien sur la liaison, on sortait d'un refueling cinq kilomètres plus tôt où la voiture a démarré sans problème. Et là sur la liaison, elle s'est mise en mode sécurité et plus rien ne fonctionnait », a expliqué le malheureux du jour après sa mésaventure. Et tandis que le vainqueur des deux dernières manches en date, en Finlande et en Allemagne, n'avait d'autre choix que de jeter l'éponge, abandonnant du même coup toute chance de signer un troisième succès consécutif et de conforter sa première place, Esapekka Lappi (Citroën), lui, a repris un peu de terrain sur son dauphin Sébastien Ogier (Citroën). Le Finlandais a en effet signé le deuxième temps de cette deuxième spéciale de la journée (ES9 de Datça, 8,75 km), juste derrière le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) et devant le Français. Revenu à une seconde en signant le temps scratch de l'ES8, le quintuple champion du monde accuse 2"2 avant l'ES10.


ES8 : Ogier renoue avec le succès et revient à une seconde de Lappi

Sébastien Ogier (Citroën) a démarré très fort cette deuxième journée. Le quintuple champion du monde français, qui n'avait plus été à pareille fête depuis juin dernier lors de la super spéciale du rallye de Sardaigne, a retrouvé le goût d'un temps scratch, en se montrant le plus rapide lors de l'ES8 de Yesilbelde 1 (33 km). Une performance qui permet au Gapençais de revenir à une seconde du leader Esapekka Lappi, lui aussi au volant d'une C3 WRC et deuxième à près de 17 secondes d'Ogier sur cette spéciale. Une spéciale à oublier en revanche pour Thierry Neuville (Hyundai). Parti à la faute, le Belge concède plus de quatre minutes et recule en neuvième position du classement général provisoire dominé par les deux Citroën. Cinquième temps de cette ES8, Ott Tänak (Toyota) remonte, lui, d'une place. Il est désormais septième.

ES7 : Sordo se signale, Lappi termine la journée en tête

La dernière spéciale de cette journée de vendredi, longue de 16,57km, a vu un pilote Hyundai être le plus rapide mais pas Thierry Neuville. C'est, en effet, Dani Sordo qui a réalisé le temps scratch sur ce septième secteur chronométré devant Jari-Matti Latvala et son coéquipier belge. Leader du classement général, Esapekka Lappi a contrôlé et termine la journée avec une avance de 17 secondes sur Sébastien Ogier, qui a concédé quatre secondes. Remis de ses émotions, Ott Tänak a signé le sixième temps de la spéciale mais recule d'un rang face à la remontée de Dani Sordo.

ES6 : Neuville revient fort, Tänak recule

Thierry Neuville est de retour ! Le Belge reprend du poil de la bête après un début de journée manqué ce vendredi. Le pilote de l'écurie Hyundai a signé le meilleur temps de la sixième spéciale (27'59″9) devant Esapekka Lappi et Sébastien Ogier. Le Finlandais reste leader du classement mais l'écart se resserre un peu plus alors que le Français est désormais son nouveau dauphin. Neuville grimpe sur la troisième marche du podium, le grand perdant de l'ES6 est Ott Tänak. Victime d'une roue desserrée, l'Estonien a perdu plus d'une minute et recule au septième rang du général.

ES5 : Lappi perd du temps mais reste en tête, la spéciale pour Meeke

La cinquième spéciale a été difficile pour Esapekka Lappi. Le Finlandais a terminé cinquième de l'ES5 remportée par le Britannique Kris Meeke en 18'05″8 devant Thierry Neuville et Sébastien Ogier. Un résultat qui permet au pilote tricolore de récupérer sa place sur le podium au profit du Finlandais Jari-Matti Latvala, seulement dixième, loin derrière les favoris. Malgré tout, Lappi reste en tête du classement devant Andreas Mikkelsen mais les écarts se resserrent dans le top 5.

ES4 : Lappi reste en tête, Ogier sort du podium

Les Finlandais sont toujours en haut de l'affiche en Turquie. Jari-Matti Latvala a repointé le bout de son nez en s'offrant le meilleur temps de la quatrième spéciale (12'21″6) devant Thierry Neuville et Dani Sordo. Une performance qui ne lui permet pas de retrouver la première place du classement, toujours occupée par son compatriote Esapekka Lappi qui a signé le cinquième temps de l'ES4, mais de revenir sur le podium au profit de Sébastien Ogier. Le Français glisse en quatrième position, après son sixième temps, devant un autre Finlandais, le troisième dans le top 5, Teemu Suninen.

ES3 : Lappi nouveau leader, Ogier sur le podium

Les Finlandais se succèdent en tête du rallye de Turquie. Après Jari-Matti Latvala, c'est au tour d'Esapekka Lappi de prendre le leadership à l'issue d'une troisième spéciale maîtrisée (28'01″2). Le pilote de l'écurie Citroën devance Andreas Mikkelsen de deux secondes et le Français Sébastien Ogier de plus de quatorze secondes. Une belle remontée pour le Tricolore alors que l'ancien leader Latvala est désormais en cinquième position. Décevants jusqu'à présent, Ott Tänak et Thierry Neuville sont respectivement sixième et septième à environ 20 secondes du premier.

ES2 : Latvala prend les commandes, Neuville dégringole

Après une première spéciale marquée par une égalité entre Andreas Mikkelsen et Thierry Neuville, c'est un Finlandais qui a pris la tête du rallye de Turquie ce vendredi. Jari-Matti Latvala a réalisé le meilleur temps de la deuxième spéciale (18'12″4), la première de la journée, pour prendre les commandes avec une seconde d'avance sur Mikkelsen. Après un triplé finlandais sur cette ES2, trois sont donc dans le top 5 où l'Estonien Ott Tänak ferme la marche avec plus de sept secondes de retard sur le leader. Rétrogradé en septième position, Sébastien Ogier n'est pas le grand perdant de ce premier départ du jour puisque le Belge Thierry Neuville, après sa première position la veille, se retrouve huitième après une spéciale compliquée.

Avec L.B

Vos réactions doivent respecter nos CGU.