ePrix de New York : Premier sacré pour Jean-Eric Vergne

ePrix de New York : Premier sacré pour Jean-Eric Vergne©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le samedi 14 juillet 2018 à 23h31

Un pilote français sacré champion de Formule E un 14 juillet. L'histoire ne pouvait être plus belle, et Jean-Eric Vergne l'a écrite ce samedi à Brooklyn en devenant le premier de nos représentants couronné dans cette catégorie.

Un pilote français sacré champion de Formule E un 14 juillet. L'histoire ne pouvait être plus belle, et Jean-Eric Vergne l'a écrite ce samedi à Brooklyn en devenant le premier de nos représentants couronné dans cette catégorie. Cinquième de la première course de l'ePrix de New York remportée par le Brésilien Lucas Di Grassi au volant de son Audi, tandis que son unique rival pour le titre mondial le Britannique Sam Bird (DS Virgin Racing) devait se contenter de la neuvième place du classement final, le pilote de l'écurie Techeetah est certain, alors qu'il ne reste plus qu'une manche à disputer ce dimanche toujours à Brooklyn, de monter sur la plus haute marche. Comme il l'avait déjà fait un gros mois plus tôt à Zurich en s'élançant de la 17eme place sur la grille avant d'être pénalisé ensuite pour un excès de vitesse sous le régime de drapeau jaune, Vergne a pourtant dû signer une remontée fantastique avant de pouvoir crier victoire pour le titre, avec désormais 31 points d'avance sur son poursuivant.

Pénalisé, Vergne s'était pourtant élancé en fond de grille


Pour avoir dépassé la limite de puissance autorisée pendant les qualifications, le Francilien de 28 ans avait été contraint de prendre le départ en fond de grille. Un handicap que le premier champion français de Formule E a su dribbler en livrant une course pleine d'aplomb et de talent, pour finalement se classer cinquième au bout des 43 tours disputés dans une course qui s'est terminée au temps, mais sans vraiment prendre conscience de la portée de l'exploit qu'il venait d'accomplir. « C'est incroyable, c'était une course folle, mais j'ai fait le travail. Ça va me prendre du temps pour réaliser », avouait, ivre de joie, celui qui avait fait un pas immense vers son premier titre en Formule électrique, après sa victoire à Santiago devant son coéquipier de l'écurie Techeetah André Lotterer le 3 février dernier. La couronne pratiquement en poche, il ne restait plus à Jean-Eric Vergne, qui a dédié son trophée au regretté Jules Bianchi, de parachever son succès. Cocorico !


Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU