Dakar : Les nombreuses restrictions imposées en Arabie saoudite

Dakar : Les nombreuses restrictions imposées en Arabie saoudite©Media365

Marie Mahé : publié le lundi 09 décembre 2019 à 12h50

Alors que l'édition 2020 du Dakar se déroulera pour la première fois en Arabie saoudite, un guide pratique a été publié. Les participants devront respecter certaines règles, comme ne pas consommer d'alcool ou manifester de l'affection en public.



Le Dakar change de décor... et d'ambiance. En 2020, la 42eme édition du célèbre rallye se déroulera, pour la toute première fois, du côté de l'Arabie saoudite, au Moyen-Orient, pendant un total de douze jours. C'est ainsi qu'un "Guide pratique" publié fait état des restrictions dont devront s'accommoder les pilotes et autres membres de la course. Ce document comporte un total de dix pages et c'est ASO, l'organisateur de la course, qui l'a publié. Ces règles ont été décidées, dans le but de respecter les lois dans un pays où est en vigueur la charia. L'alcool et le porc seront notamment interdits à la cantine du Dakar, alors que le vin ou encore la bière étaient habituellement fournis par l'organisation. Toute personne qui importerait des denrées alimentaires pourrait alors faire "l'objet de poursuites judiciaires".

Des sanctions pouvant aller jusqu'à la peine de mort



En cas d'éventuelle consommation de drogue, cela pourrait alors entraîner des sanctions bien plus importantes : une arrestation, des sanctions sévères ou bien la peine de mort. Il sera également interdit de se tenir tout simplement la main. Stéphane Peterhansel, multiple vainqueur de l'épreuve par le passé, participe à cette édition avec sa femme. S'il ne pourra donc pas lui manifester de l'affection en public, il pourra toutefois faire chambre commune, seulement s'il est en possession du visa approprié. Les restrictions vestimentaires concernant les femmes sont moins sévères que ce qui était attendu. Le hijab ne sera pas obligatoire, mais il est conseillé de se couvrir épaules et genoux en public. Cette décision de délocaliser l'épreuve dans ce royaume conservateur avait, à la base, fait naître de nombreuses critiques. Notamment de la part d'ONG, qui ont accusé le pays de tout bonnement mépriser les droits de l'homme. De son côté, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme avait déjà demandé, en amont, à France Télévisions, de ne pas diffuser l'épreuve.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.