24 Heures du Mans : Alonso réaliste, Lopez en colère

24 Heures du Mans : Alonso réaliste, Lopez en colère©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 16 juin 2019 à 21h40

Alors que la Toyota n°7 était promise à la victoire dans les 24 Heures du Mans, une crevaison et un mauvais choix de l'écurie japonaise a offert sur un plateau la victoire à la n°8. Un incident qui fait relativiser sa victoire à Fernando Alonso quand José Maria Lopez ne cache pas sa frustration.

La victoire dans l'édition 2019 des 24 Heures du Mans s'est jouée sur un mauvais choix de la part de Toyota. A une heure de l'arrivée, la voiture de tête, la TS050 Hybrid n°7, a eu une crevaison qui l'a contraint à rentrer au stands. Les mécaniciens ont alors changé la roue avant-droite alors que c'était la roue arrière-droite qui avait un problème. Cette erreur a coûté plusieurs minutes à l'équipage de la n°7 et, en fin de compte, la victoire pour moins de 20 secondes. Réaliste, Fernando Alonso n'a pas caché que cet événement lui a offert un deuxième succès de suite dans la classique mancelle. « Pendant 24 heures, nous n'avions pas le rythme, nous n'étions pas aussi rapides que la voiture n°7 et nous ne méritions pas la victoire à la régulière, a assuré l'Asturien dans des propos recueillis par Motorsport.com. La chance était un grand facteur aujourd'hui, comme c'est parfois le cas en sport auto. Je me rappelle avoir regardé la télé en 2016, quand Kazuki s'est arrêté une minute avant la fin. Que peut-on faire dans ce cas ? J'ai malheureusement connu ces moments quand je me battais pour le titre mondial avec McLaren en 2007, avec Ferrari en 2010 et 2012. Quand vient le dernier moment et qu'on ne peut pas concrétiser le travail accompli, c'est une mauvaise sensation. Notre principal objectif était d'être champions du monde, et j'en suis quand même fier. »

Lopez : « Un tour de 13,6 km à 50 km/h, c'est interminable ! »

Au volant de la Toyota n°7 quand l'incident a eu lieu, José Maria Lopez n'a pas caché sa frustration face à une faute de son écurie qui lui a coûté la victoire dans la plus grande course d'endurance automobile au monde. « Nous devons analyser ce qui s'est passé. Tout ce que je sais, c'est que nous avons gardé un train de pneus neufs pour la fin, afin de jouer la sécurité. Je l'ai chaussé, je faisais attention à ne pas toucher les vibreurs, puis j'ai reçu un message comme quoi j'avais une crevaison. Le gros problème, c'est qu'ils ne m'ont changé qu'une roue, je ne comprends pas pourquoi, ils auraient dû changer les quatre, assure l'Argentin dans des propos recueillis par Motorsport.com. Et ils ont changé la mauvaise. Quand j'ai repris la piste, la voiture ne cessait de me dire qu'il y avait une crevaison. Ils m'ont dit que le capteur allait être réinitialisé, mais quand je suis arrivé au premier virage, je me suis rendu compte que quelque chose clochait et la pression du pneu a chuté. Quand ça descend en dessous de 0,5 bar, il faut aller à 50 km/h, car sinon, ça explose. Un tour de 13,6 km à 50 km/h, c'est interminable ! »

Lopez ne veut pas tirer de conclusions

Cet incident a mis un terme aux espoirs de victoire dans une course que le trio de pilotes de la n°7, composé de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez, a dominé de la tête et des épaules. Face à une erreur coupable de la direction de l'écurie Toyota, l'Argentin ne veut pas chercher d'explications à chaud. « Je ne tire pas de conclusions, ça me met très en colère. J'ai travaillé pour cette course cette année, je me suis entraîné comme jamais auparavant, j'ai analysé comme jamais auparavant, j'ai étudié les erreurs de l'an dernier pour ne pas les refaire, se remémore l'ancien champion du monde de voitures de tourisme. Et ça se passait très bien. Mike, Kamui et moi avons fait du très bon travail à chaque fois que nous sommes montés dans la voiture. Jusqu'à atteindre ces deux minutes d'avance. J'étais content de monter dans la voiture pour finir la course. Mais le sentiment d'être là quand tout est arrivé, c'est indicible... » De quoi donner encore plus d'envie d'aller chercher la victoire lors de l'édition 2020, qui sera la dernière des prototypes actuels.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.