Triathlon - Ch.Monde (longue distance) : Le Corre titré

Triathlon - Ch.Monde (longue distance) : Le Corre titré©Panoramic , Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le dimanche 21 août 2022 à 14h07

Une semaine après avoir terminé deuxième des Championnats d'Europe à Munich sur le format olympique lors du triplé historique des Bleus, Pierre Le Corre a remporté les Championnats du monde longue distance de Samorin (Slovaquie). Le Vannetais a devancé les Allemands Angert et Funk.



Pierre Le Corre enchaîne. Une semaine après avoir décroché la médaille d'argent des Championnats d'Europe de Munich avec à l'arrivée d'un podium cent pour cent français avec Léo Bergère sur la plus haute marche et un autre Tricolore Dorian Coninx pour compléter le podium, sur la plus petite marche de la boîte, le Vannetais n'est pas encore retombé de son nuage. Sur la lancée de sa deuxième place en Bavière sur format olympique (1,5 km de natation, 40 km de vélo, 10 km de course à pied), le Breton a eu droit comme Bergère à son heure de gloire, ce dimanche à Samorin (Slovaquie), où il a remporté les Championnats du monde longue distance cette fois. A l'issue des 2 km de natation, 80 km de vélo et 18 km de course à pied, le double champion de France (2014 et 2015) sacré champion d'Europe en individuel et en relais mixte en 2018 et champion du monde sur le relais mixte en juin dernier à Montréal a devancé les Allemands Florian Angert et Frédéric Funk.

Le Corre : "Content que ça paie !"

Le triathlète vannetais de 32 ans, conscient qu'il est plus à l'aise sur longue distance que sur la distance olympique, était persuadé avant de s'élancer qu'il pouvait s'imposer dimanche et être ainsi récompensé une fois de plus de sa magnifique saison jusqu'à maintenant. "Munich m'a enlevé un peu de pression car cela a validé mon début de saison, apprécie le héros du jour et nouveau champion du monde de triathlon longue distance sur le site de la Fédération française de la spécialité. Je savais que je pouvais faire une belle course pour viser le podium et pour cela il fallait que je sois proche des Allemandes à la fin du vélo. Je me suis déchiré pour ne pas passer trop loin de Florian Angert. C'est une distance qui me convient mieux que la distance olympique car je suis assez dur au mal et résistant musculairement. Je suis content que ça paie." Quelle semaine !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.