Tour d'Italie 2019 : Yates et Nibali ont clairement peur de Roglic

Tour d'Italie 2019 : Yates et Nibali ont clairement peur de Roglic©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 19 mai 2019 à 09h58

Donné grand favori de la 9eme étape du Tour d'Italie 2019, un contre-la-montre exigeant à Saint-Marin, Primoz Roglic inspire de la peur à ses rivaux.

Primoz Roglic leur fait très peur. Une semaine après son succès lors de la première étape à Bologne, le Slovène est présenté comme le grand favori de l'étape de 34,7km contre-la-montre entre Riccione et Saint-Marin. Un parcours exigeant qui peut convenir au leader de la formation Jumbo-Visma, surtout en l'absence de Tom Dumoulin, qui a jeté l'éponge après une chute. Mais l'ancien spécialiste du saut à skis l'assure, il sera son principal adversaire sur la route. « Jusqu'à maintenant, tout s'est bien passé et je suis impatient de prendre part à ce contre-la-montre. Ce sera un jour important pour le classement général, assure Primoz Roglic dans des propos recueillis par le site officiel de son équipe Jumbo-Visma. Je vais faire de mon mieux et tout donner sur le parcours puis nous verrons bien où nous terminerons. Mon principal adversaire ? Je vais rouler seul donc ça sera moi-même ! »

Yates veut « bien faire », Campenaerts ne se fait pas d'illusion

Deuxième du contre-la-montre inaugural de ce Tour d'Italie 2019, Simon Yates se dit en jambes avant cette étape déjà décisive mais ne déborde pas d'ambition avant de se frotter au parcours qui le mènera vers la Principauté de Saint Marin. « A Bologne, j'ai pu montrer que j'allais bien sur le contre-la-montre et j'ai eu les mêmes sensations ces dernières jours, assure le leader de la formation Mitchelton-Scott dans des propos recueillis par Cyclingnews. J'espère pouvoir bien faire face à Roglic, qui est le grand favori, comme nous avons pu voir que c'était le cas à Bologne, où il s'est imposé. Je ne dirai pas que les favoris présents ici sont mauvais dans l'exercice mais je pense que ça dépend du fait de savoir si on est dans un bon jour ou pas. » S'il y a bien quelqu'un qui voit Primoz Roglic prendre nettement la main, c'est le tout récent recordman de l'heure, le Belge Victor Campenaerts qui voit le Slovène mettre tout le monde d'accord. « Primoz va me décevoir s'il ne s'impose pas à nouveau, tonne le coureur de la formation Lotto-Soudal dans un entretien accordé à Cyclingnews. Bien sûr, ses rivaux tels Simon Yates et Vincenzo Nibali ont fait de grands pas en avant dans l'exercice du contre-la-montre mais l'étape de ce dimanche est plus un exercice spécifique que l'étape de Bologne. Avec cette longue section plane au début, oui, Primoz va les tuer ! »

Nibali aura pour tâche de limiter les dégâts

Auteur d'une performance de premier plan à Bologne, Vincenzo Nibali ne sera pas sur un terrain qui pourrait lui convenir à Saint Marin. Son entraîneur Paolo Slongo a clarifié les choses, le « Requin de Messine » va s'élancer à 15h28 ce dimanche pour limiter autant que possible la perte de temps face à Primoz Roglic. L'objectif du leader de l'équipe Bahrain-Merida sera de rester au plus près de Simon Yates. « Je pense qu'il y a un peu de fatigue dans le peloton mais pas suffisamment pour éviter que les spécialistes prennent le meilleur sur Vincenzo. Quand je parle de spécialistes, je veux dire Roglic par-dessus tout puis il y a Simon Yates que, je pense, roule bien en contre-la-montre, assure dans un entretien accordé à Cyclingnews l'homme de confiance de Vincenzo Nibali. Je pense que ce serait un bon jour pour nous si on termine près de Yates. Je n'ai pas étudié les chiffres de très près mais je ne pense pas que des coureurs comme Yates ou Nibali vont perdre plus de 30 ou 40 secondes sur Roglic. » Le Giro 2019 est clairement à un tournant et, après la journée de repos prévue ce lundi, la donne devrait être tout autre avec la montagne qui se profile en fin de deuxième semaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.