Tour d'Italie 2019 : Indécision quant à la participation de Chris Froome

Tour d'Italie 2019 : Indécision quant à la participation de Chris Froome©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 01 novembre 2018 à 11h15

Vainqueur du Tour d'Italie l'an passé et présent pour la présentation du parcours 2019, Chris Froome ne s'est pas montré affirmatif pour une participation à l'épreuve l'an prochain.



Chris Froome est indécis. Vainqueur du Tour d'Italie en mai avant de finir à la troisième place du Tour de France, le leader de la formation Sky était présent ce mercredi pour la présentation du parcours de l'édition 2019 du Giro. A cette occasion, le coureur britannique n'a pas pu éviter des questions sur une éventuelle présence le 11 mai prochain à Bologne pour le départ de la 102eme édition de l'épreuve. Après avoir expérimenté le doublé Giro-Tour en 2018, Chris Froome n'a pas voulu s'avancer trop vite. « Depuis cette année, je sais à quel point c'est dur de gagner le Giro. Mais, malgré ça, ce serait une décision compliquée de ne pas revenir pour le courir l'an prochain, a déclaré face à la presse le quadruple vainqueur du Tour de France. Gagner le Giro et le Tour de France la même année, ce n'est pas impossible. Je n'étais pas loin cette saison, en remportant le Giro et en finissant sur le podium du Tour mais il est évident que c'est devenu très compliqué de gagner les deux l'un après l'autre. »

Froome : « Nous n'avons rien décidé »


Reste qu'avec une équipe Sky riche de coureurs comme Geraint Thomas et Egan Bernal, qui peuvent avoir l'ambition de gagner des Grands Tours, le partage des tâches pourrait priver Chris Froome d'une défense de son maillot rose. « Nous n'avons rien décidé, je ne suis pas le seul à prendre la décision, rappelle le Britannique. Je dois parler avec mon équipe avant de décider. Il faut attendre pour en avoir le cœur net. » Chris Froome n'a pas pu éviter non plus un retour sur sa chevauchée fantastique sur les pentes du Colle delle Finestre quand, parti seul à 80km de l'arrivée, il s'était montré irrésistible et avait repris trois minutes à ses principaux rivaux pour aller chercher la victoire finale à Rome. « De nos jours, on ne voit plus beaucoup d'étapes comme celle que nous avons vécu ce jour-là, a confié le Britannique à ce sujet. J'aime ces étapes car, maintenant, il y a plus de calculs, le cyclisme est devenu parfois trop prévisible. J'ai vraiment de grands souvenirs de cette fameuse étape. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.