Tony Yoka au coeur d'une sombre affaire de chantage à l'adultère

Tony Yoka au coeur d'une sombre affaire de chantage à l'adultère©Wochit

6Medias, publié le jeudi 22 mars 2018 à 19h57

Alors qu'il vient d'être épinglé pour ne pas s'être présenté à trois contrôles anti-dopage, Tony Yoka est désormais au coeur d'une nouvelle affaire. Le boxeur aurait été victime d'un chantage à l'adultère, révèle Le Parisien.

Le temps n'est décidément pas au beau fixe pour Tony Yoka.

Alors qu'il risque une lourde suspension pour ne pas s'être présenté à trois contrôles anti-dopage, le champion olympique 2016 est désormais au centre d'une sombre histoire. Selon Le Parisien, le boxeur de 25 ans aurait été victime de chantage à l'adultère.

Après un rendez-vous professionnel avec son manager et une hôtesse de l'air, prénommée Nadia, en juin dernier, dans une chambre d'hôtel de Pigalle, le boxeur aurait commencé à recevoir des SMS d'un maître chanteur le menaçant de dévoiler des informations prouvant qu'il avait pris une chambre avec cette fameuse Nadia. Requête du maître chanteur : que Tony Yoka lui verse entre 25 000 et 30 000 euros, détaille le quotidien.



Le 21 juillet dernier, Toni Yoka se serait alors rendu au commissariat du XIIIe arrondissement de Paris pour donner l'alerte. Rapidement, les enquêteurs découvrent que le numéro du maître chanteur n'est autre que celui du beau-frère de la réceptionniste de l'hôtel. Interpellés à Sceaux et à Villepinte, les suspects passent rapidement aux aveux.

Si Tony Yoka affirme que son manager se trouvait bien avec lui dans la chambre d'hôtel, la réceptionniste soutient que le boxeur était seul avec l'hôtesse de l'air. "Outrée" de voir le champion français avec une "maîtresse", la jeune femme aurait décidé de partager ces informations avec sa famille. Avant de finalement prendre la décision de faire chanter Tony Yoka.

La réceptionniste et son beau-frère, employé à l'aéroport de Roissy, doivent comparaître le 1er juin devant le tribunal correctionnel de Paris pour chantage et tentative d'extorsion de fonds.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU