Sport Planète : Quand sport rime avec écoresponsabilité et zéro déchet...

Sport Planète : Quand sport rime avec écoresponsabilité et zéro déchet...©Sport Planète, Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 24 juin 2022 à 14h46

Lors du lancement de la saison de Sport Planète, le premier rendez-vous de la chaîne Sport en France dédié à la protection de l'environnement et créé conjointement avec MAIF, en avril dernier, Gaëlle Millon, présentatrice de cette émission mêlant sport et écoresponsabilité, avait reçu Emmanuelle Boissier, Justine Birot ainsi que Clément Chapel Nicolas Vandenelsken pour parler de l'Eco-trail de Paris, du projet Sport Zéro Plastique mais aussi d'une manière plus générale de la sensibilisation sur les déchets.


Le 15 avril dernier, Sport en France avait donné le coup d'envoi de Sport Planète, premier rendez-vous (mensuel) de la chaîne dédié au sport et à la protection de l'environnement, et créé conjointement par MAIF et la chaîne Sport en France. Pour l'occasion, Gaëlle Millon, la présentatrice de cette émission mêlant sport et écoresponsabilité et visant à mettre en lumière toutes celles et tous ceux qui agissent pour un sport éco-responsable, avait reçu quatre invités sur son plateau : Emmanuelle Boissier, Justine Birot, Clément Chapel et Nicolas Vandenelsken. La première, chargée de mission à l'agence parisienne pour le climat, qui accompagne les Parisiens dans leur transition énergétique, est également en charge du projet "Sport zéro plastique", qui concerne essentiellement les clubs amateurs. « L'idée a émergé lors d'une rencontre avec les clubs que l'on essayait de sensibiliser sur les différentes manières dont il pouvait réduire leur impact environnemental et on s'est rendu compte qu'ils avaient vraiment envie de projets concrets et pas de théorie, donc on s'est dit qu'on allait monter ce projet pour accompagner les clubs dans la mise en place d'actions de terrain pour réduire le plastique à usage unique », expliquait à l'époque Emmanuelle Boissier, citant comme référence le Paris 13 tennis de table, particulièrement engagé aux côtés du projet. "Il a sensibilisé toutes les classes avec un quizz sur les déchets plastique et ont présenté les solutions mises en place comme des raquettes en textile recyclé. Il a aussi sensibilisé ses adhérents lors de la journée mondiale de l'eau."

"L'attitude des trailers évolue"

Sur ce même terrain de l'écoresponsabilité, l'Eco-trail de Paris s'inscrit lui aussi en valeur sûre en termes de non-déchets. En mars dernier, lors de la 15eme édition, 13 000 coureurs, sensibilisés à l'écoresponsabilité dès la veille de la course lors de la traditionnelle remise des dossards (pochette déchets, étiquette transports, éco-cup) et chargés ensuite de ramasser leurs déchets tout au long de la course, avaient participé à cet événement très engagé pour la planète fondé en 2010. Justine Birot, responsable du développement durable du rendez-vous, avait apprécié les efforts effectués par les engagés. "On voit que l'attitude des trailers évolue. Notre rôle est de sensibiliser aux pratiques et aux enjeux climatiques, avec un rêve qui est récompenser les engagements tout au long de l'année plutôt que la performance. Les trailers amènent leur gourde, leur verre et nous proposons beaucoup de choses au niveau alimentaire : tout est en vrac, il n'y rien d'emballé et nous travaillons uniquement avec des producteurs locaux. En plus, 95% des coureurs viennent d'Ile de France. L'objectif, c'est de sensibiliser à tous les enjeux climatiques au sens large et d'informer les gens sur ce qu'il se passe."

Une course de cent kilomètres pour le bien de la planète

Un chantier dans lequel sont également investis les deux éco-aventuriers que sont Clément Chapel et Nicolas Vandenelsken, invités de la dernière partie de cette première émission de Sport Planète. Les deux hommes avaient déjà mené des projets ensemble et travaillé pour l'un sur de gros événements sportifs. Au retour d'un séjour de six mois en Nouvelle-Zélande, Nicolas Vandenelsken a décidé de réfléchir comment il pourrait aider la planète. Est né de cette réflexion le Greenico Tour, sorte de Tour de France à la sauce écoresponsabilité, créé via l'association Uni-vert Sport chère aux deux hommes. "J'avais beaucoup travaillé sur le Tour de France cycliste. Je me suis dit pourquoi ne pas faire un Tour de France pour interpeller le maximum de personnes. L'idée, c'était de faire environ 38 kilomètres par jour le matin et de faire de la sensibilisation l'après-midi sur les déchets, le sport-santé et le dérèglement climatique et de se servir d'une performance sportive pour faire parler de cette cause." Pour son compère, le déclic est intervenu sur les routes d'Australie du Sud. "Je rentrais du travail en courant sur une île absolument paradisiaque Kangaroo Island, j'ai croisé une canette tous les vingt mètres. Je me suis dit que ce n'était pas possible ici et comme je cherchais un défi sportif pour me remettre au sport, j'ai eu l'idée de faire le tour de cette île en courant et en ramassant les déchets et d'inviter tout le monde à passer à l'action." C'est dans ce sens que Clément Chapel, fondateur de Ploggathon en mai 2020, a ainsi couru 100 kilomètres pour la planète le 13 mai 2021 aux côtés de... Nicolas Vandenelsken. Presque logique finalement dans la mesure où ce dernier véhicule le même message et se bat lui aussi pour interpeller les gens à travers le sport, toujours dans ce but premier de sensibiliser. "Le but, c'est de se dire que l'on peut tous faire un effort et changer nos habitudes en réduisant tout ce que l'on peut réduire, sachant que le déchet le plus important à recycler, c'est le déchet alimentaire", rappelle Chapel, qui ajoute que : "l'on y gagnera tous".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.