MMA : Imavov, la pépite franco-daghestanaise de l'UFC

MMA : Imavov, la pépite franco-daghestanaise de l'UFC©Twitter Imavov1, Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le jeudi 18 février 2021 à 21h02

Âgé de 24 ans, Nassourdine Imavov dispute samedi son deuxième combat dans l'UFC, face à Phil Hawes. Et le Franco-Daghestanais, qui a débuté le MMA à Salon-de-Provence, est un jeune homme pressé.

A lui non plus, il ne faut pas lui parler d'âge... Âgé de 24 ans, Nassourdine Imavov, qui fêtera son 25e anniversaire le 1er mars, n'a pas de temps à perdre. Alors qu'il dispute samedi à Las Vegas son deuxième combat dans l'UFC face à l'Américain Phil Hawes (32 ans), le Franco-Daghestanais avoue qu'il n'est pas du genre patient. "Je ne trouve pas que je suis si jeune que ça, explique-t-il. Et je ne me suis jamais dit que j'avais le temps. Je suis toujours un peu pressé, mais je ne sais pas si c'est bon ou pas. Je me donne à fond à l'entraînement, et je pense que le bon moment, c'est maintenant." 

Pour son premier combat dans l'organisation-reine du MMA, en octobre dernier sur la "Fight Island" d'Abou Dhabi, celui qui évolue dans la catégorie des moyens (moins de 84 kg) avait remporté, à la décision unanime, un affrontement spectaculaire contre Jordan Williams. "Cela ne s'était pas forcément passé comme prévu. On se cogne la tête au premier round et après le combat je n'étais pas très content de moi. Mais quand j'ai revu les vidéos, j'étais quand même satisfait." Pour sa deuxième apparition dans l'octogone de l'UFC, un combat d'abord prévu en janvier puis repoussé, il s'avance en pleine confiance. 

"Un rêve qui se réalise" 

"J'ai eu plus de temps que prévu pour me préparer. J'étais déjà prêt pour le premier combat, et là je suis plus prêt que jamais, poursuit-il, avant d'évoquer son adversaire de samedi, qui affiche le même bilan que lui en MMA (9 victoires-2 défaites). On l'a bien analysé avec l'équipe. C'est un très bon adversaire, assez solide, un lutteur explosif qui frappe fort et avance tout le temps. Mais comme je le dis tout le temps, on a tous des points faibles et on a déjà trouvé les siens. Et j'ai hâte d'être à samedi pour montrer ça." 

Il a aussi découvert avec bonheur Las Vegas, temple du MMA : "C'est énorme. Faire son footing le matin sous le soleil de Las Vegas, c'est quelque chose. C'est un peu un rêve qui se réalise." Né au Daghestan et arrivé dans le sud de la France à 8 ans, il rêve surtout de conquérir la ceinture de champion et aussi de combattre dans l'Hexagone, où tout a débuté pour celui qui a conservé "le mental et la rage de gagner" de ses origines daghestanaises, et érige Khabib Nurmagomedov en exmple. 

"J'ai commencé le MMA à Salon-de-Provence, au boxing club salonais. J'ai d'abord fait deux combats en pancrace, mais c'était ensuite un peu compliqué de trouver des combats, de s'entraîner et de trouver des sparring-partners. Les entraîneurs nous ont eux même conseillé d'aller voir ailleurs, et c'est comme ça qu'on a rejoint la MMA Factory et rencontré Fernand Lopez (avec son frère aîné Daguir, également combattant de MMA, ndlr). Du jour au lendemain, on a pris la voiture, les valises, et on est montés à Paris." Et il n'a pas eu à le regretter, lui qui suit depuis une progression constante. Jusqu'à où ? 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.