Ministère des Sports : Pascal Gentil s'y verrait bien

Ministère des Sports : Pascal Gentil s'y verrait bien©Media365

Paul Rouget : publié le jeudi 25 juin 2020 à 11h07

S'il assure n'être "candidat à rien", Pascal Gentil, double médaillé olympique de taekwondo, multiplie les prises de position médiatiques et se dit "prêt à servir (son) pays". Au ministère des Sports par exemple, ou son nom circule avec insistance.



Pascal Gentil est en campagne. Alors que son nom circule pour remplacer Roxana Maracineanu au ministère des Sports en cas de remaniement ministériel, l'ancien taekwondoïste, double médaillé de bronze olympique, en 2000 et en 2004, assure pourtant qu'il n'est pas candidat. "Je ne prétends à rien mais je suis prêt à servir mon pays comme je l'ai toujours fait. Je suis un soldat, j'ai combattu pour la France, j'ai été chercher des médailles. Je suis quelqu'un qui rassemble et dispose de réseaux politiques, sportifs et économiques", explique-t-il pour L'Equipe, dans un argumentaire qui ressemble fort à celui d'un candidat.

Quelques jours plus tôt, il avait exposé ses idées dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche. "Posons-nous les bonnes questions : quelle place pour le sport amateur et professionnel ? De quelle manière le sport peut-il être un levier de développement pour nos territoires ? Arrêtons le saupoudrage et les constructions d'infrastructures sans véritable stratégie pensée au temps long avec les acteurs de la filière. Le sport français est aujourd'hui à un tournant. Il mérite mieux", arguait-il ainsi. Et il encore précisé sa pensée dans les colonnes du quotidien sportif.

Il défend Aulas

"Candidat à rien", de son propre aveu, il précise que "Roxana (Maracineanu) est une amie, on a fait les Jeux ensemble", mais tient à réaffirmer que "le sport français mérite d'être reconnu et valorisé différemment. Le sport a changé ma vie et on ne peut pas dire qu'il n'est pas prioritaire." Une référence à peine voilée à la sortie très commentée de l'ancienne nageuse sur le déconfinement. "Ce qui est certain, c'est que le sport ne sera pas prioritaire dans notre société. Il n'est pas prioritaire aujourd'hui dans les décisions qui sont prises par le gouvernement", avait-elle lâché sur Eurosport, des propos qu'elle avait dû ensuite clarifier devant le tollé provoqué.

Gentil, aujourd'hui âgé de 47 ans, martèle lui que "le sport mérite plus de considération". Et s'il estime que "le gouvernement a très bien géré cette crise sanitaire", il se dit aussi "triste de voir que le sport français est l'arrêt alors que tous les championnats ont repris dans les pays européens" et salue les prises de position du président lyonnais Jean-Michel Aulas, "qui défend bec et ongles son bébé. Et je trouve dommage qu'il n'y ait pas eu plus de personnes qui se soient dressées pour sauver et défendre le sport." Avant de conclure en expliquant que s'il était "appelé à des fonctions", il réunirait les présidents des différentes fédérations pour "décider ensemble. Parce que je n'ai pas l'impression qu'ils aient été très écoutés jusqu'à présent." Si ce n'est pas un programme de candidat, cela y ressemble donc diablement...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.