Médias : Le Glou défend Vernon, viré de France TV

Médias : Le Glou défend Vernon, viré de France TV©Media365

Thomas Siniecki : publié le mercredi 05 août 2020 à 22h45

Alain Vernon a été licencié de France Télévisions, en réaction à l'enquête provoquée par les propos de Clémentine Sarlat qui dénonçait du harcèlement sexiste. Son ancien chef Dominique Le Glou a pris la plume.



Dominique Le Glou, ancien rédacteur en chef des sports à France Télévisions, a écrit une lettre ouverte à Alain Vernon, licencié (comme deux autres collègues) après l'enquête ouverte à la suite des propos de Clémentine Sarlat - qui dénonçait du harcèlement sexiste. L'écrit s'intitule "Lettre à Alain Vernon, Fusillé pour l'exemple".

"Fusillé comme ces braves poilus de 1916"

Morceaux choisis : "La présidente a bien travaillé, puisqu'elle est dans l'histoire de la télévision française la première dont le mandat a été reconduit par le CSA (...) Je me souviens des sourires narquois de certains collègues au moment où, pour la première fois en 1982, j'ai présenté un sujet sur le foot féminin à Stade 2. Tu as pris le relais et défendu le sport féminin jusqu'à l'obtention de l'Euro 2017, que tu as couvert. Tu devais, dimanche 9 août, commenter la finale de la Coupe de France féminine. Madame la présidente t'en a empêché, dans une chasse aux sorcières impensable au 21eme siècle, je devrais dire chasse aux sorciers. Discrimination à l'âge, au sexe et à la couleur de cheveux."


Après avoir donné sa version des faits concernant Sarlat, puis expliqué à quel point il était impossible selon lui que les paroles évoquées aient effectivement été prononcées par Vernon, Le Glou conclut : "Rien ne prouve que la direction ait cherché à vérifier si ces propos anonymisés ont bel et bien été prononcés (...) Delphine Ernotte a-t-elle voulu agir trop vite et frapper fort avant son départ en vacances, sachant que l'ensemble du service des sports était en congé ? S'est-elle appuyée sur un mouvement sociétal pour montrer qu'elle était bien dans la ligne ? (...) Crois-moi, tu viens d'être 'fusillé pour l'exemple' comme ces braves poilus de 1916, qui avaient pourtant tant donné pour la patrie. Eux l'avaient été par la rudesse des généraux, toi tu l'as été par une décision totalement infondée."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.