Masters d'Augusta : Tiger Woods leur manque

Masters d'Augusta : Tiger Woods leur manque©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 07 avril 2021 à 16h08

Grand absent du Masters d'Augusta, Tiger Woods, en convalescence après son grave accident, manque beaucoup au monde du golf, et notamment à ses amis Rory McIlroy et Justin Thomas.

 

Il y avait un grand absent mardi soir au dîner des champions du Masters, organisé par le tenant du titre Dustin Johnson. Quintuple vainqueur de la mythique épreuve, Tiger Woods est toujours en convalescence chez lui, après avoir été victime d'un grave accident de voiture près de Los Angeles le 23 février dernier. L'ancien numéro un mondial, aujourd'hui âgé de 45 ans, avait dû être longuement opéré, notamment de multiples fractures ouvertes à la jambe droite. Et on ne sait toujours pas quand il pourra retrouver la compétition. S'il est en mesure de le faire... Il manque en tout cas beaucoup au monde du golf, comme n'ont pas manqué de le rappeler certains de ceux qui sont allés prendre de ses nouvelles. 

McIlroy craignait le pire

"Ça faisait du bien de le voir de bonne humeur", a ainsi confié aux médias le Nord-Irlandais Rory McIlroy, qui a rendu visite à Woods le mois dernier à son domicile floridien. Avant d'expliquer qu'il craignait le pire après avoir vu les images de l'accident : "Je pensais, en ayant vu les images de sa voiture, qu'il allait rester cloué sur un lit d'hôpital pendant six mois. Mais il allait beaucoup mieux que ce qu'on pouvait croire. Je sais qu'il aurait adoré être ici, et je suis sûr qu'il va faire tout son possible pour essayer d'être prêt pour jouer ici l'année prochaine." 

"Si Tiger avait été avec moi..."

Autre golfeur proche du "Tigre", Justin Thomas aurait dû s'entraîner avec lui et Fred Couples mardi. Mais il a fini tout seul. "Si Tiger avait été avec moi, je ne sais pas s'il m'aurait laissé tomber", a plaisanté l'Américain, rapporte ESPN, avant de redevenir sérieux pour évoquer l'état de santé de son grand ami Woods, et sa rééducation. "Il m'a dit que ça commençait à faire effet. Il est déçu de ne pas être ici pour jouer avec nous et nous détestons ça aussi", a-t-il poursuivi, expliquant également comment il aidait son compatriote : "Ce que je peux faire pour lui, c'est de lui dire : « Mon ami, je ferai tout ce que tu veux. Si tu as besoin de moi pour t'aider avec les enfants, je peux le faire. Si tu as des envies de McDonald's et tu désires que je t'en amène, je m'en fiche et je vais être là pour t'aider. »" 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.