Luc Alphand lourdement menacé après des photos de chasse polémiques

Luc Alphand lourdement menacé après des photos de chasse polémiques©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le jeudi 19 avril 2018 à 16h48

Dans une interview au magazine VSD en kiosque jeudi, l'ex-champion du monde de ski alpin en 1997 a confié avoir été menacé de mort après la publication de photos de chasse en Russie.

Celui qui se passionne aujourd'hui pour la course automobile est revenu sur une période agitée de sa vie dans le magazine VSD. En octobre 2016, Luc Alphand avait été pris dans un "bad buzz" sur les réseaux sociaux après la publication de photos d'une partie de chasse en Russie, dans la région du Kamtchatka.

On y voyait l'ancien champion de ski au côté d'un ours tué ou d'un mouflon des neiges.



Suite à la publication de ces photos, Luc Alphand est pris à partie par des écologistes et des défenseurs des animaux. Il reçoit alors "des milliers de messages d'un niveau de haine incroyable", raconte l'ancien sportif de 52 ans, notamment des "des menaces de morts". "Des SMS de gens m'ont prévenu que j'étais en train de me faire 'trasher'. Après, à qui en vouloir ? Au gars qui a posté sur son site, à celui qui a repris le premier en se disant : 'Je vais me payer ce connard d'Alphand qui chasse' ?", déclare-t-il aujourd'hui.

Mais Luc Alphand n'a pas été le seul à être la cible de ces messages violents. "Ma femme qui se fait traiter de 'pute', des insultes écrites sur les notes de l'hôtel où elle travaille, mes enfants qui subissent ça à l'école... ", déplore le commentateur du Paris-Dakar et des Jeux Olympiques sur France Télévisions. Selon lui, "des gens l'ont lâché" et même des proches ont partagé les photos.

L'ancien skieur affirme également que la piste de ski à son nom a été débaptisée. "D'un seul coup, tu n'e plus rien d'autre que chasseur. Pire : tueurs d'animaux. Vingt-cinq ans de carrière balayés", regrette Luc Alphand, qui a quitté sa station de Serre-Chevalier dans les Alpes pour s'installer en Andorre. Près de six mois après cette polémique, l'ancien champion du monde de ski se désole qu'aucun journaliste n'ait pris le temps de le contacter pour connaitre sa version des faits à l'époque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.