Insep : Des tags racistes découverts dimanche matin sur les grilles !

Insep : Des tags racistes découverts dimanche matin sur les grilles !©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le dimanche 28 juin 2020 à 18h39

Des tags racistes ont été découverts dimanche matin sur les grilles de l'Insep. Teddy Riner et le hurdler Dimitri Bascou étaient notamment visés.

L'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance s'est réveillé avec la gueule de bois et le visage des mauvais jours, ce dimanche. Tôt dans la matinée, les sportifs passant devant les grilles du célèbre établissement du bois de Vincennes et berceau de la plupart de nos champions ont découvert un bien triste spectacle, avec les photos de plusieurs sportifs noirs chers à l'Insep salis par des tag racistes. Le judoka Teddy Riner et le hurdler Dimitri Bascou étaient notamment visés, avec pour le premier sa photo géante barrée du mot « singe » et pour le second, un tout aussi regrettable « négro » venu dégrader le cliché. Sur la troisième des photos géantes accrochés aux grilles de l'Insep, le champion de tennis fauteuil blanc Michael Jérémiasz s'en est, lui, sorti indemne, au contraire de la personne noire (une volontaire) qui se trouve à ses côtés sur cette photo prise lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Rio en 2016 et qui a elle aussi droit à un « singe », pile sur le drapeau bleu, blanc, rouge qui la surplombe. Des tags auxquels l'Insep, via son directeur général Ghani Yalouz, dénonçant « la haine, la lâcheté et la bêtise », a immédiatement réagi en annonçant qu'une plainte serait déposée contre X dès lundi matin. « Nous ne baisserons pas la tête, nous ne céderons aucun terrain à la haine, à la lâcheté et à la bêtise », assure l'ancien lutteur tandis que Maéva Danois (3 000m steeple et cross country), l'une des premières sur les lieux dimanche matin, ne cache pas son écœurement dans les colonnes du Parisien.
« Une attaque générale contre le sport »
« J'allais faire un footing dans le bois de Vincennes vers 9h30 quand j'ai découvert ces trois photos, explique la jeune athlète française à nos confrères. J'ai été profondément choquée. Pour moi, c'est une attaque générale contre le sport. Le racisme a encore moins sa place ici. C'est tellement loin de nos valeurs. Tout le monde est attaqué à travers ces injures et pas seulement les athlètes présents sur les photos. Je n'avais pas mon téléphone sur moi mais une athlète qui était avec moi, a fait des photos et me les a envoyées. Je les ai transmises à la direction de l'Insep et partagée aussi sur Twitter où j'ai écrit : Vous venez de vous attaquer à la grande famille du sport français. Cette famille nous regroupe avec nos cultures différentes, nos différences de couleurs de peau, nous partageons des valeurs bien plus fortes que votre QI d'huître. Et encore même l'huître est plus intelligente. »



Elodie Clouvel, vice-championne olympique de pentathlon moderne, a elle aussi fait part de son dégoût sur les réseaux sociaux dès lors qu'elle a appris ce qu'il s'était passé dans la nuit de samedi à dimanche du côté du bois de Vincennes. « Je suis sans mots », a réagi la compagne du double champion du monde de la discipline Valentin Belaud, emojis de visage nauséeux et qui vomit à la clé. Un sentiment général qui habite le sport français ce dimanche, et en premier lieu la Ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui a, elle, qualifié ces actes d' « ignobles et lâches ». « Le combat contre le racisme doit se poursuivre, ne relâchons pas notre vigilance, a posté l'ancienne nageuse sur Twitter. Tout mon soutien aux athlètes et à ceux qui se sentent salis par ces comportements révoltants. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.