Groupama - FDJ : La métamorphose de Démare

Groupama - FDJ : La métamorphose de Démare©Media365

Clément Pédron, Media365 : publié le mardi 10 novembre 2020 à 18h43

Avec 14 succès en seulement trois petits mois, la saison d'Arnaud Démare a été exceptionnelle. Malgré un confinement et une fracture du scaphoïde, le sprinteur a tout raflé grâce à un gros travail en amont sur lui-même.


À force, on avait pris la regrettable habitude de le voir douter, en difficulté, parfois même abandonner. On ne le sentait pas dans ses chaussettes, d'humeur maussade parfois ronchon. Les deux dernières années d'Arnaud Démare (29 ans) au guidon d'un vélo n'avaient pas été très fastes en termes de victoires. En 2018, le Picard avait remporté le Tour du Poitou-Charentes, une victoire d'étape lors du Paris-Nice, du Tour de France et du Tour de Suisse tout en terminant deux fois troisième à Milan-San Remo et à Gand-Wevelgem. L'année dernière, le sprinteur de la FDJ avait encore moins levé les bras : 2 victoires sur la Route de l'Occitanie, une seule sur le Tour d'Italie, de Slovaquie et de Wallonie. Trop peu au regard de son palmarès, de ses qualités et de son potentiel. Cette année ne ressemble décidément à aucune autre et bon nombre d'observateurs auraient rigolé si on avait osé placer Arnaud Démare au sommet du classement des coureurs les plus prolifiques cette saison. Et pourtant, le Beauvaisien s'y est hissé, seul, grâce à un courage, une détermination et une équipe taillée pour lui.

Le confinement et la blessure pour débuter

On le savait empreint à des doutes, oscillant entre les sprints et les classiques sans jamais parvenir à choisir. Faut-il faire moitié-moitié ou se réserver à une seule spécialité ? Finalement, la décision du confinement, le 16 mars dernier, a tout chamboulé même si cela lui a fait le plus grand bien. Dans sa Picardie natale, le coureur professionnel depuis 2012 a fait un choix difficile lors de cette période particulière. « Mentalement, c'est trop dur, j'ai décidé de couper, a raconté le coureur au Parisien. C'est comme une seconde trêve hivernale. Je ressens le besoin de me régénérer psychologiquement. Mentalement j'ai quand même pris une claque. La liste des courses qui s'annulaient au fur et à mesure, c'était tout mon programme ! J'ai décidé de lâcher complètement, même le home-trainer. » En mai, lors d'une sortie VTT, plusieurs jours après le déconfinement, Arnaud Démare chute et se casse le scaphoïde de la main. Cette blessure, pourtant, ne « le retarde en rien sur (sa) reprise des courses en août. »

Une saison 2020 en boulet de canon

En forme physiquement après sa rééducation et surtout mentalement, Arnaud Démare apparaît transformé si ce n'est transfiguré. Vainqueur du Milan-Turin dès sa reprise devant Caleb Ewan et Wout Van Aert, le sprinteur français s'aligne sur le Tour de Wallonie deux semaines plus tard. Après avoir remporté la deuxième et la quatrième étape (à la lutte avec Philippe Gilbert), le Picard se classe premier du général et ajoute un nouveau titre à son palmarès. Ses performances sur le vélo font de lui un des favoris du championnat de France. Là encore, malgré le numéro de Julian Alaphilippe, il parvient à le rattraper avec Bryan Coquard et à les déposer tous les deux au sprint. Sur sa lancée qui le ramène aux portes de l'équipe de France où il remplace Nacer Bouhanni lors des championnats d'Europe sur route, Démare réalise une course incroyable mais ne peut rien faire face à l'Italien Giacomo Nizzolo. Trois étapes et un classement général du Tour du Poitou-Charentes plus tard, le coureur de la FDJ est fin prêt pour l'objectif de sa saison, le Giro.

Le Français est littéralement intenable sur les routes transalpines et s'adjuge pas moins de quatre victoires d'étape ainsi que le maillot cyclamen du classement par points. Surtout, le sprinteur s'est imposé partout où il était annoncé comme favori. Souriant, en forme et en pleine confiance, c'est un Arnaud Démare métamorphosé qui a achevé une année 2020 qui s'annonçait pourtant comme difficile. En plus de ses 14 victoires, le Picard peut se targuer d'être le meilleur sprinteur et le coureur le plus prolifique de la saison sur une année décidément pas comme les autres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.