Equitation : Un cavalier suspendu 20 ans pour maltraitance et dopage

Equitation : Un cavalier suspendu 20 ans pour maltraitance et dopage©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI : publié le mercredi 10 juin 2020 à 17h01

Le cavalier des Emirats Arabes Unis Sheikh Abdul Aziz bin Faisal al Qasimi a été suspendu 20 ans par la Fédération internationale d'équitation, pour avoir maltraité son cheval et l'avoir dopé pour une course d'endurance.



En octobre 2016, après une course d'endurance de 90 kilomètres à Fontainebleau, Castlebar Contraband, le cheval du Sheikh Abdul Aziz bin Faisal al Qasimi, avait dû être euthanasié, en raison d'une fracture ouverte sous le genou de la jambe avant droite. Une fracture qui n'était pas due à la malchance. En effet, les prélèvements effectués sur le cheval ont révélé des traces de Xylazine, un produit interdit en compétition et utilisé pour faire baisser la fréquence cardiaque des chevaux et les priver de sensibilité pendant l'entraînement ou pendant la course. Mais ces nombreuses injections, conjuguées à un problème d'arthrose, ont provoqué des fractures de stress, responsables de la blessure du cheval âgé de dix ans, et donc de sa mort.

Une suspension de 2 ans pour dopage, et 18 ans pour maltraitance

Le Tribunal de la Fédération internationale d'équitation a donc décidé de suspendre le cavalier pour 20 ans, soit jusqu'en juin 2040 : 2 ans pour dopage, et 18 ans pour maltraitance. Il s'agit de la plus longue suspension de l'histoire du sport équestre. Le Sheikh Abdul Aziz bin Faisal al Qasimi devra également payer 16 183 euros d'amende et 13 871 euros pour le remboursement des frais de procédure. En 2012, il avait déjà été suspendu 2 ans pour avoir dopé un cheval à la testostérone. « Nous sommes très heureux de voir une sanction aussi sévère prononcée par le tribunal FEI. Elle avertit sévèrement que les cas de maltraitance des chevaux ne sont pas tolérés », a réagi Mikael Rentcsh, directeur juridique de la FEI. Le Sheikh Abdul Aziz bin Faisal al Qasimi a 21 jours pour faire appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.