Dopage : L'AMA et RUSADA devraient être fixées avant la fin de l'année

Dopage : L'AMA et RUSADA devraient être fixées avant la fin de l'année©Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 05 novembre 2020 à 19h45

A la suite de quatre jours d'audience, le TAS a annoncé qu'un verdict dans l'affaire opposant l'AMA à RUSADA concernant la falsification des données du laboratoire de Moscou devrait être rendu public avant la fin de l'année 2020.

Il faudra faire preuve de patience avant de savoir si la Russie sera mise au ban du sport mondial. Depuis le début de la semaine, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a organisé des audiences dans le cadre de l'affaire du scandale de dopage institutionnel opposant l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) à la RUSADA, l'agence russe de lutte contre le dopage. Une affaire centrée sur la falsification des données du laboratoire de Moscou, récupérée à grand peine par l'AMA au début de l'année 2019. En effet, en plus d'avoir effacé de nombreuses traces de contrôles positifs concernant des sportifs russe, des échanges falsifiés ont été ajouté afin de mettre en cause l'ancien directeur du laboratoire, Grigory Rodchenkov, qui est depuis devenu la principale source d'information de l'AMA dans cette affaire. Une affaire qui pourrait avoir pour conséquence la disparition de la Russie des principales compétitions.

Le TAS se donne le temps de donner son verdict

Mais, à l'issue des quatre jours d'audience, le panel mis en place par le TAS a confirmé tant à l'AMA qu'à RUSADA qu'il faudra un peu de temps avant d'avoir un verdict. « Bien qu'il soit difficile de prédire exactement combien de temps ce processus va prendre, il est anticipé que la sentence arbitrale sera notifiée aux parties d'ici à la fin de l'année », annonce l'institution basée à Lausanne dans un communiqué transmis à l'AFP. Une affaire de plus pour le sport russe, déjà éclaboussé par les révélations de Grigory Rodchenkov concernant le système de dopage institutionnel mis en place en marge des Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi et mettant en cause les services secrets russes. Si le TAS décide d'aller dans le sens de l'AMA, la Russie risque d'être bannie de toutes les principales compétitions sportives pendant quatre ans, de se voir interdite d'en organiser sur la même période alors que les athlètes russes devront prouver ne pas avoir eu recours au dopage afin d'être autorisés à participer sous bannière neutre, dans un système similaire à celui mis en place lors des Jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang ou lors des Mondiaux d'athlétisme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.