Divers : Kempes recadre Maradona après son message de soutien au président du Venezuela

Divers : Kempes recadre Maradona après son message de soutien au président du Venezuela©Media365

Rédaction , publié le mercredi 09 août 2017 à 22h50

Diego Maradona et Mario Kempes, anciennes gloires du football argentin, se sont affrontés sur les réseaux sociaux au sujet de la grave crise politique que traverse le Venezuela.

Depuis plusieurs mois, le Venezuela traverse une grave crise politique. Une crise dans laquelle se sont personnellement impliqués Diego Maradona et Mario Kempes, anciens coéquipiers en sélection argentine, cette semaine. « El Pibe de Oro » a lancé les hostilités mardi en apportant son soutien au président vénézuélien Nicolas Maduro, très contesté dans son pays : « Nous sommes chavistes jusqu'à la mort. Et quand Maduro l'ordonnera, je serai vêtu comme un soldat pour un Venezuela libre, pour me battre contre l'impérialisme et contre ceux qui veulent s'emparer de nos drapeaux, qui sont ce que nous avons de plus précieux », a écrit la légende du football argentin sur Facebook.

Un message que n'a pas du tout goûté Mario Kempes. Le champion du monde 1998 a vivement critiqué la position de son compatriote en lui répondant directement sur les réseaux sociaux : « Comment peux-tu soutenir la mort de 124 jeunes, pour avoir défendu la liberté et la démocratie dans leur pays. Non à la dictature ! Venezuela libre », s'est emporté Kempes. Pour rappel, depuis le début de cette crise politique, 125 personnes ont trouvé la mort dans de violentes manifestations à l'encontre de Nicolas Maduro.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Divers : Kempes recadre Maradona après son message de soutien au président du Venezuela
  • "« Comment peux-tu soutenir la mort de 124 jeunes, pour avoir défendu la liberté et la démocratie dans leur pays. Non à la dictature ! Venezuela libre », s'est emporté Kempes". (!!!)

    Quand on sait que ce fameux Kempes était l'un des meilleurs soutiens (et relais pour endormir la population...) du grand "démocrate" qui dirigeait l'Argentine dans les années 70, cette déclaration prête à sourire : "Non à la dictature... enfin ça dépend du cas de figure"...

  • Mario Kempes champion du monde en 1998, ça m'étonne, je croyais que c'était la France. De plus je revois bien M.Kempes jouer à Valence en Espagne dans les années 1980.