Défi Sport Planète : Xavier Thévenard est arrivé

Défi Sport Planète : Xavier Thévenard est arrivé©MAIF, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 21 octobre 2022 à 15h49

Afin de sensibiliser les plus jeunes à la pratique sportive écoresponsable, l'ambassadeur MAIF Sport Planète Xavier Thévenard, triple vainqueur de l'UTMB, s'était lancé cette semaine dans un sacré défi : parcourir plus de 250 km dans des corridors verts autour de Paris. Le départ avait été donné mercredi dernier au CREPS de Chatenay-Malabry. Xavier Thévenard a passé la ligne d'arrivée du Lac des Minimes, dans le bois de Vincennes, ce vendredi à 13h00



Mission accomplie pour Xavier Thévenard. Lancé depuis mercredi dernier dans le Défi Sport Planète sur une idée qui lui avait été soumise par son partenaire MAIF, l'athlète jurassien au profil atypique et connu notamment pour être extrêmement engagé pour la protection de l'environnement et la sauvegarde de la planète a relevé le défi. Le passionné de nature de 34 ans a franchi la ligne d'arrivée du lac des Minimes dans le Bois de Vincennes ce vendredi à 13h00. Le triple vainqueur de l'UTMB Mont-Blanc s'était élancé deux jours plus tôt (mercredi à 13h00 du CREPS de Châtenay-Malabry) en clôture des premiers états généraux Sport Planète, un événement qui regroupait des acteurs du sport de différents horizons (associations, fédérations, médias) pour échanger et débattre sur le sport responsable.

De la course à pied, mais aussi du VTT et du kayak

Plus de 250 kilomètres autour de Paris (en course à pied, mais également en VTT et en kayak) attendaient l'ultra-trailer dans le but de sensibiliser le grand public et en particulier les plus jeunes à la protection de l'environnement. Au cours de ce Tour de France dans des "corridors verts" (afin de montrer que la région la plus urbanisée de France abrite de nombreux milieux naturels qu'il est fondamental de préserver), "Pépino" a notamment traversé la forêt domaniale de Verrières, la base de loisirs de Jablines-Annet, la base nautique de Vaires-sur-Marne, et donc le bois de Vincennes, où avait été programmé l'arrivée ce vendredi. A l'occasion de cette boucle verte dessinée autour de l'Île-de-France, Xavier Thévenard s'est par ailleurs arrêté à plusieurs reprises dans des espaces naturels pour y rencontrer des jeunes licenciés ou écoliers afin d'évoquer le rôle du sport au service la protection de l'environnement.

Thévenard : "Une bonne aventure dont je ressors grandi" 

"Après 250 kilomètres, c'est toujours une bonne aventure. Surtout quand on fait les 250 kilomètres de la boucle avec de la course à pied, du vélo et du kayak. En plus, en Île-de-France, qui n'est pas forcément mon environnement. Je ressors grandi de cette expérience, nous a confié Xavier Thévenard après en avoir terminé. Il y a eu des surprises et des mauvaises surprises (rires). Il y a des endroits qui sont assez verts, avec pas mal de biodiversité et ça, ça fait plaisir de découvrir ça à côté de la zone la plus urbaine de France. Et d'un autre côté, on s'est quand même rapproché de la ville et on s'est rendu compte que l'impact de l'homme était quand même assez important. Avec de la monoculture dans les grands champs et avec les passages incessants des avions. Il y a même des agriculteurs qui déversent des pesticides sur leurs champs, même s'ils n'y peuvent rien, eux. C'est le monde qui est ainsi fait. J'ai vu aussi des décharges sauvages qui nous ont quand même pas mal interpelé sur le comportement de l'être humain et le non-respect de la nature alors que la nature nous fait vivre et fait que nous sommes là à vivre sur terre. On a vu des choses assez troublantes sur l'ensemble du parcours."

Un parcours sur lequel l'ultra-trailer a croisé des jeunes, car l'objectif était aussi de sensibiliser la jeune génération à l'écoresponsabilité et à l'environnement. Avec bien évidemment son lot de questions pour le héros. "Les questions qui sont revenues le plus souvent ? Généralement, c'était par rapport à ce que je faisais, à ma pratique et à ma perception du sport. Ca tournait principalement autour de ça. Et aussi pourquoi j'ai décidé de ne plus prendre l'avion. J'ai amené les arguments que j'ai et nous avons parlé d'empreinte carbone, de problèmes environnementaux et de dérèglement climatique et de tout ce qui risque de se passer ces prochaines années."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.