Couvre-feu : Pas de dérogation pour le sport amateur selon Maracineanu

Couvre-feu : Pas de dérogation pour le sport amateur selon Maracineanu©Media365
A lire aussi

Marie Mahé : publié le vendredi 16 octobre 2020 à 17h00

Invitée sur France Info, ce vendredi matin, Roxana Maracineanu, la ministre déléguée aux Sports, a annoncé que le sport amateur ne bénéficiera pas de dérogation durant la période du couvre-feu.



Il y aura bien des exceptions durant le couvre-feu mis en place pour une durée de quatre semaines, afin de tenter de ralentir la pandémie de coronavirus, mais le sport amateur n'en bénéficiera pas. C'est en tout cas ce qu'a annoncé Roxana Maracineanu, ce vendredi matin, sur France Info. Durant son intervention, la ministre déléguée aux Sports en a également profité pour apporter quelques précisions sur ce qu'il sera quand même permis de faire, durant les horaires de ce couvre-feu, à savoir de 21h00 à 6h00, en région Ile-de-France et dans huit métropoles qui devront s'y soumettre, à partir de ce samedi, en raison du coronavirus qui ne les épargne plus vraiment, ces derniers temps. « Il faut être responsables dans cette situation, nous devons venir en soutien très fort au personnel médical et aux personnes qui vont être et qui sont déjà malades du coronavirus et qui sont dans les hôpitaux. Le sport a été très bien traité depuis le début de cette crise, nous avons réussi à avoir des exceptions pour certains publics, notamment les enfants qui peuvent continuer à aller dans les associations », a ainsi notamment déclaré Maracineanu.

« Le spectacle sportif peut continuer à se dérouler »

La ministre déléguée aux Sports a également tenu à rappeler que même si certains clubs professionnels « sont en grande difficulté financière, le spectacle sportif peut continuer à se dérouler ». L'ancien nageuse de haut niveau a toutefois tenu à insister sur le fait que « les sportifs de haut niveau, les sportifs professionnels peuvent continuer à exercer leur métier. Lorsqu'il s'agit d'un temps d'accueil des enfants et d'un temps nécessaire et indispensable à la santé de nos jeunes, le sport peut continuer à exister, y compris dans les zones d'urgence sanitaire. » A noter également qu'outre le sport amateur, le monde de la culture, avec le soutien de la ministre Roselyne Bachelot, a demandé une dérogation, mais sans succès.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.