Contador : " Bernal est l'un des grands favoris du Tour "

Contador : " Bernal est l'un des grands favoris du Tour "©Media365

Aurélien CANOT, publié le mercredi 26 juin 2019 à 09h32

Alors que le Grand départ du Tour de France (le 6 juillet à Bruxelles) approche à grand pas, le double vainqueur de l'épreuve Alberto Contador fait d'Egan Bernal l'un des grands favoris à la victoire finale à Paris. Pour l'ancien champion espagnol, seule la Movistar et ses trois co-leaders Nairo Quintana, Alejandro Valverde et Mikel Landa peuvent contrecarrer les plans du jeune Colombien et de l'équipe Ineos.

Si les prédictions d'Alberto Contador se révèlent, Dave Brailsford peut dormir sur ses deux oreilles. A en croire, l'ancien champion espagnol vainqueur à deux reprises de la Grande Boucle (2007 et 2009), l'équipe Ineos, montée sur la plus haute marche du podium à six reprises sur les sept dernières éditions, sera encore à la fête en juillet prochain sur le Tour de France (6 au 28 juillet). Alors que l'avant-Tour a rimé avec malheurs pour le moment pour la formation britannique avec tout d'abord le forfait de Christopher Froome, victime d'une violente chute alors qu'il reconnaissait le contre-la-montre de la 8eme étape du Critérium du Dauphiné, puis la chute du tenant du titre Geraint Thomas, plus tard en début de Tour de Suisse, Contador assure ce mercredi dans Marca qu'elle n'a aucun souci à se faire dans la mesure où elle compte Egan Bernal au sein de son effectif, et que ce dernier est en grande forme. Un début de saison canon de Bernal, vainqueur de Paris-Nice puis, tout récemment, de ce Tour de Suisse quitté prématurément par Thomas, qui fait dire à l'ancien coureur que le Colombien sera l'un des principaux candidats à la victoire finale à Paris sur ce Tour de France 2019.

Contador : « L'âge de Bernal ? Moi, j'avais 24 ans ! »

« Egan est sans aucun doute l'un des grands favoris, non seulement pour son triomphe en Suisse, mais parce que partout où il passe, c'est la victoire assurée et qu'il a également une équipe formidable qui fonctionne très bien pour lui », explique Contador, d'autant plus près à mettre un billet sur Bernal que son expérience parle pour lui, au même titre que son passé sur le Tour, auquel il n'a participé qu'une seule fois pour le moment mais avec une probante 15eme place finale à l'arrivée. « Il connaît déjà la course. L'année dernière, il s'est bien comporté et se battra pour la victoire ». Quant à ceux qui pensent qu'à 22 ans, l'ex-pensionnaire de l'équipe Androni-Giocattoli ne présente pas le bagage suffisant pour pouvoir remporter la course la plus prestigieuse au monde, Contador s'appuient sur sa propre expérience pour leur démontrer le contraire.

La Movistar pour freiner Bernal et Ineos ?

« Le facteur expérience est important, mais Egan Bernal a une grande équipe, la plus puissante, et une qualité qu'il a déjà démontrée. J'avais 24 ans (quand il a gagné le Tour) et il a maintenant 22 ans, mais quand on passe d'amateur à professionnel et qu'on connait déjà ses compétences, ses watts, il y a plus de moyens de connaître ses limites, donc l'adaptation est plus courte. Il est jeune, mais il a de solides fondations, c'est un favori », insiste le Madrilène, qui émet toutefois un bémol au triomphe annoncé de Bernal sur les routes de l'Hexagone : la montée en puissance de la Movistar et de son infernal trident de leaders Nairo Quintana, Mikel Landa et l'éternel Alejandro Valverde, toujours présent et peut-être plus fort que jamais. « Attention à Movistar car c'est une équipe forte et compétitive, je vois Alejandro Valverde être très bien. Pour Nairo Quintana ce sera un test de feu et Mikel Landa a terminé le Giro motivé. Après le Tour qu'il a fait en 2017, pourquoi pas le voir monter sur le podium. » Avec Bernal sur la première marche ? Alberto Contador en est presque persuadé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.