Carnet : On en sait plus sur les circonstances du décès de Poisson

Carnet : On en sait plus sur les circonstances du décès de Poisson©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mardi 14 novembre 2017 à 21h54

On en sait davantage sur les circonstances du décès de David Poisson, lundi à Nakiska dans le domaine des rocheuses canadiennes lors d'un entraînement avec l'équipe de France de descente en perspective du premier rendez-vous de la Coupe du Monde de la spécialité.

Si le skieur français de 35 ans médaillé de bronze lors des Mondiaux 2013 a bien trouvé la mort après avoir été victime d'une terrible chute sur les pentes canadiennes, les secours appelés sur les lieux ont précisé que « Caillou » avait d'abord traversé les filets de sécurité avant ensuite d'heurter un arbre. « Quand nous sommes arrivés sur place, nous avons pris en charge cette personne et constaté qu'elle était morte sur place. Il n'y a pas eu de transfert à l'hôpital. Nous avions initialement affrété un hélicoptère mais une fois fixés sur la situation, nous ne l'avons pas fait descendre », a fait savoir le porte-parole du centre de secours de Kanakaskis (province d'Alberta, à l'Ouest du Canada) Adam Loria, cité par l'agence américaine AP.

De son côté, la Fédération française de ski a indiqué que « David Poisson aurait chuté lourdement après avoir perdu un ski lors de la séance d'entraînement partagée avec d'autres nations », la FFS confirmant que le descendeur français « aurait percuté un arbre après avoir traversé les filets de sécurité. » Une chute survenue à la vitesse de 100 km/h, à en croire un témoin interrogé par le quotidien suisse Blick et présenté comme un « suiveur de longue date du circuit ». « Peu avant l'arrivée, Poisson a glissé à environ 100 km/h et est passé à travers les filets, dits filets B, dans la forêt. Il a ensuite percuté frontalement un arbre. Une équipe de secours a essayé de le réanimer pendant une heure et demie. » Par filets B, le témoin en question entend ce type de filets moins rigides que les filets A, mais qui peuvent, eux, être posés à tous les endroits de la piste. Ces filets sont également connus pour être plus souples que les A.

Dans la soirée de mardi, un porte-parole de la police fédérale canadienne a indiqué qu'un médecin légiste était désormais chargé de déterminer les causes de la mort du skieur français, et ce sera à lui de décider si l'ouverture d'une enquête est nécessaire. "La gendarmerie n'interviendra dans le dossier que s'il y a des éléments de nature criminelle ayant conduit au décès, par exemple une négligence ou un manquement en matière de sécurité", a précisé  le porte-parole auprès de l'AFP.

 
33 commentaires - Carnet : On en sait plus sur les circonstances du décès de Poisson
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]