Buzz : Quand Grégory Coupet répond à Vikash Dhorasoo

Buzz : Quand Grégory Coupet répond à Vikash Dhorasoo©Panoramic, Media365

Marie Mahé, publié le vendredi 10 novembre 2017 à 19h12

Après la sortie de l'autobiographie de Vikash Dhorasoo dans laquelle l'ancien footballeur revient notamment sur un clash l'ayant opposé à Grégory Coupet, l'ancien gardien de l'Olympique Lyonnais a réagi de manière virulente sur son compte Twitter.

Grégory Coupet et Vikash Dhorasoo ne semblent pas avoir prévu de partir en vacances ensemble. L'ancien gardien de but de l'Olympique Lyonnais a répondu à son ancien coéquipier dans un tweet qui ne laisse aucun doute sur son ressenti, encore aujourd'hui : « Il se pose en victime alors qu'il est le déclencheur de la situation. S'il est honnête, il vous donnera la vraie version mais c'est vrai qu'on m'a retenu pour ne pas le secouer... » Ce vendredi, Vikash Dhorasoo a dévoilé son autobiographie dans laquelle il relate son clash l'ayant opposé à Grégory Coupet, il y a 17 ans : « 3 octobre 2000. C'est la mi-temps du match Lyon - Arsenal. « Tu m'écoutes quand je te parle, sinon tu vas prendre mon poing dans la gueule ! C'est ce que me dit Grégory Coupet. Je suis en train de me faire masser. Après quelques échanges avec Greg, il me saute dessus. Le kiné a ma jambe sur l'épaule, mais il réussit à nous séparer. » C'est la mi-temps d'un match important et je viens de me battre avec un coéquipier. [...] Je m'assois à ma place et, tranquillement, je commence à enlever mes chaussures puis mon maillot et mon short, et je me dirige vers la douche. [...] Finalement, je reprendrai le match. Je rentre après tout le monde sur le terrain, complètement bouleversé. Je perds la balle, Arsenal marque ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.