Buzz : Andéol a (déjà) trouvé du travail

Buzz : Andéol a (déjà) trouvé du travail©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le mercredi 04 décembre 2019 à 10h00

Mardi, Emilie Andéol clamait son spleen de ne pas trouver de travail malgré son titre de championne olympique à Rio (en +78 kg). Mercredi, tout ça est déjà oublié. Un job a été proposé à la judokate, qui mettra en place des classes informatiques en Afrique.

Emilie Andéol a bien fait de parler. Du jour au lendemain, tout a visiblement changé pour la championne olympique des +78 kg. « J'entrevois le bout du tunnel, j'ai trouvé un travail puisque Stéphane Nomis m'a proposé de travailler dans sa fondation, précise ainsi la judokate au Parisien. Je vais mettre en place des classes informatiques en Afrique, je vais être utile, j'ai besoin de ça. J'ai aussi reçu plein de messages de personnes me demandant de quoi j'avais besoin. »

« Je ne m'attendais pas à ces réactions »

La veille, Andéol fondait en larmes en expliquant ses galères : « Je suis championne olympique et je suis au chômage. J'ai gagné les Jeux, je me suis dit que j'allais en profiter. Et finalement, rien. Parfois, je regrette d'avoir été championne olympique, la chute aurait été moins dure. On idéalise trop un titre olympique. Je pensais tellement que ça changerait ma vie... » Elle rappelait pourtant avoir obtenu sa licence en management des organisations, tout en passant des diplômes pour être prof de judo. « J'ai pris 10 kg, mes parents s'inquiètent. »

Et tout s'est donc débloqué en un claquement de doigts. Nomis est un ancien judoka, qui préside justement le pacte de performance pour les athlètes de haut niveau. « J'ai reçu plein de témoignages de sportifs qui sont passés par là, des messages de soutien. Je ne m'attendais pas à ces réactions. Championne olympique et pas d'emploi, ça ne va pas ensemble, c'est peut-être pour ça que j'ai touché les gens. J'y suis peut-être allée un peu fort, mais je veux vraiment que mon histoire serve aux autres. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.