Bilan 2019 : Le Top 5 français de la rédaction

Bilan 2019 : Le Top 5 français de la rédaction©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365 : publié le mardi 24 décembre 2019 à 09h00

2019 a été riche en événements sportifs. Les stars du sport, françaises ou étrangères, nous ont impressionnés ou nous ont beaucoup déçus. En cette veille de Noël, la rédaction vous livre son Top 5 français de 2019 (hors football).


N°1 : Julian Alaphilippe, une année en or

Après une excellente année 2018, Julian Alaphilippe a réalisé une saison 2019 tout ce qu'il y a de plus sensationnel. Les qualificatifs commencent à manquer pour le natif de Saint-Amand-Montrond, âgé de 27 ans, tant il a encore impressionné. Il n'y a qu'à voir son Tour de France. Resté en jaune pendant quatorze jours, le Tricolore a fait vibrer l'Hexagone, au point que beaucoup se sont alors mis à rêver. Gagnera-t-il un jour la Grande Boucle ? Toujours est-il que le pensionnaire de la formation Deceuninck-Quick Step, qui a finalement pris la cinquième place finale du Tour avec également deux étapes à la clé, n'a pas semblé trop souffrir de la pression qui pèse désormais clairement sur ses épaules. Le puncheur, spécialiste des classiques ardennaises, a également parfaitement su étoffer son palmarès, en conservant, par exemple, la Flèche wallonne, ou en enlevant aussi les Strade Bianche, mais également Milan-San Remo. Saison après saison, Julian Alaphilippe se découvre aussi certaines aptitudes dans des courses à étapes, lui qui en a remporté sur le Critérium du Dauphiné ou bien encore sur Tirreno-Adriatico. Mais où s'arrêtera-t-il ?

N°2 : Les Bleues improbables championnes du monde de tennis

Peu de monde aurait misé sur cette équipe de France de Fed Cup. Et pourtant, le 10 novembre dernier, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic, Alizé Cornet, Pauline Parmentier et Fiona Ferro ont réussi l'immense exploit de terrasser l'Australie en finale (3-2), pour s'adjuger le trophée. Le troisième de son histoire, après 1997 et 2003. Aux tours précédents, la Belgique d'Elise Mertens et la Roumanie de Simona Halep n'avaient rien pu faire non plus. En face, il n'y avait pas n'importe qui, avec ni plus ni moins que la numéro un mondiale, Ashleigh Barty. Oui mais voilà, du côté des Tricolores, il y avait Kristina Mladenovic, qui a apporté les trois points nécessaires pour l'emporter. Le tout dans des scénarios particulièrement irrespirables. Au pied du mur, alors que les deux nations étaient à égalité (1-1), elle a joué crânement sa chance, contre Barty, au point de l'emporter en trois manches. La suite ne fut qu'un régal. Associée à Caroline Garcia, comme au bon vieux temps, elle n'a eu de cesse de donner le tournis à Stosur et Barty, encore une fois. Une façon pour la France de boucler la boucle dans une épreuve vouée à être réformée, comme son homologue masculine.

N°3 : Les Français bronzés en Chine

Qui aurait pu penser, en voyant le visage, fermé, d'Evan Fournier quand il a reçu sa médaille de bronze après la victoire des Bleus face à l'Australie (67-59), ou lorsqu'il a été honoré, en tant que membre du cinq majeur de la compétition, que les hommes de Vincent Collet avaient réussi leur Coupe du Monde en Chine ? Ils peuvent, certes, encore avoir des regrets, comme le joueur du Magic n'a pas manqué de le souligner. Car après leur victoire historique en quarts de finale, face à des Américains privés de leur principales stars (89-79), mais qui n'avaient plus perdu le moindre match en compétition internationale depuis 2006, ils se sont complètement écroulés face aux Argentins dans le dernier carré (80-66). Ce qui leur arrive (un peu trop) souvent après un exploit. Mais leur troisième place finale est tout sauf anodine. Car c'est seulement la deuxième fois de l'histoire, après un bronze déjà décroché en 2014, que l'équipe de France termine sur le podium d'un Mondial. Outre cette nouvelle breloque, les Tricolores ont aussi obtenu leur qualification pour les prochains Jeux Olympiques en finissant parmi les deux meilleures nations européennes derrière l'Espagne, sacrée en finale face aux Argentins. Et ils iront l'an prochain à Tokyo avec beaucoup d'ambition. "Il faut qu'on arrête de se contenter de certaines places, et qu'on vise l'or maintenant", avait ainsi asséné Fournier lors de son retour en France.

N°4 : Les judokates françaises prennent date à Tokyo

Jusqu'au 28 août dernier, elles étaient quatre à trôner au sommet du judo féminin français. Maintenant, Clarisse Agbegnenou est seule. Seule à avoir décroché quatre fois le titre mondial, quand Brigitte Deydier, Lucie Décosse et Gévrise Emane - trois autres immenses championnes - ne comptent « que » trois sacres planétaires à leur palmarès. Impressionnante de régularité tout au long de la saison, la numéro 1 mondiale de la catégorie des -63 kg est allée chercher sa quatrième étoile à Tokyo, dans le pays de naissance du judo. La finale face à la Japonaise Miku Tashiro, poussée par le public du Nippon Budokan, n'a basculé en faveur de la Tricolore qu'après plus de onze minutes d'un affrontement d'une intensité rarement égalée. La combattante du RSC Champigny a montré la voie à ses coéquipières Marie-Eve Gahié (-70 kg) et Madeleine Malonga (-78 kg), qui ont à leur tour conquis la médaille d'or dans les jours qui ont suivi. De bon augure, forcément, à un an des Jeux olympiques.

N°5 : Fabio Quartararo, à un tour près...

Arrivé sur la pointe des pieds en MotoGP, après deux saisons en Moto2, Fabio Quartararo a été LA révélation de la saison 2019. Au guidon d'une Yamaha au potentiel moindre par rapport aux motos officielles confiées à Valentino Rossi et Maverick Viñales mais également à son coéquipier Franco Morbidelli, le Français a démontré que son arrivée dans la catégorie reine à 19 ans n'était pas un pari fou de la part de la toute nouvelle équipe Petronas. Après une première course frustrante, le natif de Nice n'a cessé de monter en puissance. Première pole position à Jérez de la Frontera puis premier podium à Barcelone, lieu de sa seule victoire en Moto2, Fabio Quartararo a impressionné et, dans une fin de saison où il s'est invité en première ligne lors des sept dernières manches, il s'est positionné comme un rival pour Marc Marquez. L'Espagnol a tout fait pour priver le Français de sa première victoire à Misano et en Thaïlande où il l'a doublé dans le dernier tour. L'octuple champion du monde n'a pas hésité à prendre sa roue en qualifications... sans jamais parvenir à y rester face à la vélocité du Français. Fabio Quartararo sera l'homme à suivre en 2020, lui qui bénéficiera du même matériel que les autres pilotes Yamaha.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.