Bilan 2018 : Le Top 5 international de la rédaction

Bilan 2018 : Le Top 5 international de la rédaction©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le lundi 24 décembre 2018 à 09h00

2018 a été riche en événements sportifs. Les stars du sport, françaises ou étrangères, nous ont impressionnés ou nous ont beaucoup déçus. En cette veille de Noël, la rédaction vous livre son Top 5 international de 2018 (hors football).

N°1 : Novak Djokovic de retour au sommet

C'est donc la Montagne Sainte-Victoire, près d'Aix-en-Provence, qui aura totalement relancé la carrière de Novak Djokovic. Blessé au coude et absent pendant la deuxième partie de la saison 2017, le Serbe a signé un début d'année 2018 sans éclat (huitième de finale à l'Open d'Australie, demie à Rome). Jusqu'au 5 juin, où il est tombé en quarts de finale de Roland-Garros, face au quasi-inconnu Marco Cecchinato. Il semblait alors au fond du trou et avait livré une conférence de presse assez lunaire où il expliquait ne pas savoir de quoi sa suite de saison serait faite. Elle a été faite de triomphes ! Après avoir déconnecté en famille au mois de juin, et avoir donc gravi cette fameuse montagne provençale, le Serbe de 31 ans a soudainement retrouvé son jeu, son mental, et a tout renversé sur son passage. Il a d'abord gagné Wimbledon (après une demie d'anthologie contre Nadal), puis est devenu le premier joueur à remporter tous les Masters 1000, à Cincinnati, avant de gagner l'US Open et le Masters 1000 de Shanghai ! Ses défaites en finale de Bercy et du Masters n'enlèveront rien à l'impression générale : « Nole » est bel et bien de retour au sommet et il sera l'homme à battre en 2019.


N°2 : Geraint Thomas, de l'ombre à la lumière

Vainqueur du Tour de France en juillet dernier, Geraint Thomas (32 ans) a décroché le premier monument de sa carrière, alors qu'il n'était jamais monté sur le podium d'un Grand Tour auparavant. S'il a débuté la 105eme édition de la Grande Boucle en tant que bras droit de Christopher Froome au sein de Sky, le Gallois a su s'extirper de l'ombre de son coéquipier-adversaire, et lâcher son costume d'équipier de luxe pour épater le Tour : trois semaines de course quasi parfaites, ponctuées de deux victoires d'étapes, à La Rosière (11eme étape) mais surtout à L'Alpe d'Huez (12eme), où il a gagné avec le maillot jaune sur le dos, une première depuis Lance Armstrong en 2004. Impérial sur son vélo, Geraint Thomas a géré sa nouvelle situation de leader avec brio, bien aidé il faut le dire par la protection de son équipe, qui a désamorcé toutes les tentatives de ses adversaires avec facilité. En juin, « G » a aussi remporté le Critérium du Dauphiné, étoffant ainsi une remarquable saison 2018 qui appelle à confirmation : son programme en 2019 - avec la possible défense de sa couronne sur le Tour - dépendra en grande partie des ambitions de Christopher Froome, binôme d'un leadership qui semble désormais à double facette.


N°3 : Et de cinq pour Lewis Hamilton !

La concurrence, Ferrari et Sebastian Vettel aux premiers rangs, avait les dents longues mais Lewis Hamilton et Mercedes ont relevé le défi. Après une première partie de saison difficile, où le Britannique n'avait pas forcément les armes pour répondre à l'Allemand, le numéro 44 est entré dans la bataille. A partir du Grand Prix d'Allemagne durant lequel Sebastian Vettel a démarré une « autodestruction » similaire à celle vue en 2017, ça a été un véritable « Hammertime » sur le championnat du monde de Formule 1. Huit victoires en onze courses ont permis de totalement inverser la dynamique du championnat et emmener le fer de lance de Mercedes vers un cinquième titre mondial qui est devenu toujours plus une évidence jusqu'à un Grand Prix du Mexique qui l'a de nouveau sacré. Une saison qui, toutefois, restera marquée par l'aide parfois contrainte apportée par son « lieutenant » Valtteri Bottas, privé notamment d'une victoire qu'il méritait en Russie. Mais l'essentiel était ailleurs, Lewis Hamilton devenant l'égal de Juan Manuel Fangio et devançant désormais Sebastian Vettel au palmarès avec cinq couronnes, cette dernière étant obtenue avec le record absolu de points inscrits sur une saison (408). Mais de là à croire que cela va étancher la soif de succès du Britannique, rien n'est moins certain et, attendus de pied ferme par la concurrence avec Mercedes, ils seront sans nul doute au rendez-vous de la saison 2019.


N°4 : Eliud Kipchoge, marathon man

Eliud Kipchoge a réalisé une année 2018 incroyable en deux dates. En avril, il a d'abord remporté le marathon de Londres. En 2h06'32, il a devancé un parterre de concurrents féroces : Mo Farah, Kenenisa Bekele et le tenant du titre Daniel Wanjiru. Mais cette performance est presque passée à l'oubli devant sa démonstration du 16 septembre. A Berlin, le Kényan a battu le record du monde du marathon. Il a fait mieux que son compatriote Dennis Kimetto, détenteur du record depuis 2014. Il a bouclé les 42,195km de la très rapide course allemande en 2h01'39. C'est 78 secondes de moins que la précédente marque. Un exploit rendu possible par une deuxième moitié de course plus rapide que la première. Un véritable exploit quand on sait qu'il s'est retrouvé seul après 25 kilomètres. Ce récital a permis de mettre une véritable claque qui a secoué le monde de l'athlétisme. Cette performance historique lui a permis d'obtenir le prix IAAF d'athlète de l'année. Avec ce temps, il peut toujours espérer faire tomber la barrière des 2h00. Après sa tentative ratée dans le cadre du Breaking2 en 2017, y arrivera-t-il en 2019 ?

N°5 : L'Irlande marche sur l'Europe... en attendant le monde ?

Cette année encore, tout le monde attendait la Nouvelle-Zélande. Mais à un an de la Coupe du Monde, ce n'est pas la nation qui s'est le plus distinguée. Les Blacks ont trouvé plus fort qu'eux sur la planète rugby : les Irlandais ! Un XV du Trèfle tonitruant qui aurait pu tout perdre dès son premier match de la saison si Jonathan Sexton n'avait pas réussi un drop exceptionnel contre le XV de France. Un geste de très grande classe qui a lancé le Tournoi des VI Nations et l'année irlandaise. Dévastatrice, l'équipe dirigée par Joe Schmidt a écrasé tous ses concurrents européens pour remporter le Grand Chelem grâce à une victoire en Angleterre. En pleine confiance, les partenaires de Rory Best ont continué sur la même lancée dans leurs clubs respectifs avec un Leinster en démonstration en Champions Cup et en Pro 14. Si la tournée d'été a mal débuté avec un revers en Australie, le XV du Trèfle s'est rapidement repris avec deux succès avant de dominer largement les tests de novembre. En battant l'Italie, l'Argentine, les USA et surtout la Nouvelle-Zélande, une première à domicile, l'Irlande a mis tout le monde d'accord et s'est déclaré comme un sérieux candidat au titre mondial en 2019.



Egalement cités : Hirscher, Valverde, Shiffrin, équipe d'Europe de Ryder Cup, Ledecka, Duplantis, Del Potro, Osaka, Klaebo...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.