Badminton : Thomas Rouxel impressionne aux Internationaux de France

Badminton : Thomas Rouxel impressionne aux Internationaux de France©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le mercredi 27 octobre 2021 à 13h35

Mardi, lors du 1er tour des IFB, le Français Thomas Rouxel a frappé un gros coup à Paris en dominant le Thaïlandais Kantaphon Wangcharoen au terme d'un match haletant en trois sets.



Thomas Rouxel a enflammé le public présent dans les travées du Stade Pierre-de-Coubertin. En effet, alors que les Internationaux de France de badminton (IFB) ont débuté ce mardi à Paris, le Français a sorti le grand jeu au 1er tour. Opposé au numéro 18 mondial, le Thaïlandais Kantaphon Wangcharoen, le Rennais de 30 ans (classé 39eme) a dû batailler jusqu'au bout pour rejoindre le 2eme tour du tournoi au terme d'un match en trois sets (21-15, 11-21, 27-25) et disputé en 1h17. Durant cette rencontre, Rouxel est passé par bien des émotions, lui qui était mené 12-9 dans la première manche, avant de renverser la situation avec un cinglant 12-3 et ainsi prendre les commandes. Derrière, la réaction du Thaïlandais n'a pas trainé pour recoller à un set partout. Finalement, le Français, qui a notamment sauvé cinq volants de match, a triomphé de Wangcharoen.

« Sur un match, j'ai le niveau d'un top 20 »

Il a désormais rendez-vous jeudi avec le Hongkongais Cheuk Yiu Lee (n°14), qui a sorti le Danois Anders Antonsen (n°3 mondial) en deux sets. « J'ai un peu repensé à la semaine dernière où j'ai eu une grosse occasion et je perds 21-19 au 3eme set (contre Tommy Sugiarto à l'Open du Danemark). J'essayais de bien respirer, de ne pas trop penser au score. Heureusement que le public, ma famille, plein de potes et Maxime, mon coach, étaient là. Sur des tournois comme ici, je suis à chaque fois le moins bien classé sur le court et il me faut à chaque fois performer. Là, ça s'est joué dans la tête et ça montre que sur un match, j'ai le niveau d'un top 20. J'ai des petits problèmes d'adducteurs, je vais voir comment je vais me réveiller demain. Maintenant, il y a les kinés pour faire tout ce qu'il faut et jeudi, c'est reparti. Là, je vais savourer déjà », a confié Rouxel, dans des propos recueillis par Le Télégramme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.