Un entraîneur de L1 juge les grands noms de l'édition 2021

Un entraîneur de L1 juge les grands noms de l'édition 2021©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le mercredi 14 juillet 2021 à 14h55

Pour L'Equipe, Elie Baup, l'ancien entraîneur passé notamment par Bordeaux et Marseille, a raconté sa passion pour le Tour de France et a notamment jugé les grands noms de cette édition 2021.



On connaissait Elie Baup sur les terrains de football, mais également très proche du monde équestre, lui qui possède un ranch. Natif de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), où s'est terminée la 16eme étape du Tour de France 2021, l'ancien gardien de but s'est exprimé sur sa passion pour le cyclisme dans les colonnes de L'Equipe. « Je regarde toutes les étapes à la télé. Tadej Pogacar me semble intouchable. Ses concurrents l'ont plus ou moins attaqué mais ça ne lui a pas fait bouger une oreille. La seule chose qui pourrait l'empêcher de gagner à Paris, c'est qu'il pète une roue ou connaisse un incident mécanique en montagne, sans équipier autour de lui, comme c'était arrivé à Andy Schleck dans le port de Balès (en 2010). Ce dernier avait subi un problème de chaîne et Alberto Contador en avait profité pour attaquer et reprendre le maillot jaune. Mais Pogacar, franchement, c'est fort. Même fatigué, même avec un visage qui se tend au fil des jours, il tient la route », a jugé Baup.

Baup sous le charme d'Alaphilippe et van der Poel

« Personne ne sait pourtant s'il va durer. Quand Egan Bernal a gagné le Tour (en 2019), on a dit qu'il en gagnerait dix d'affilée. Maintenant, on dit ça de Pogacar. Dans un an, on le dira peut-être de Jonas Vingegaard, on ne peut pas savoir. J'aime aussi beaucoup Julian Alaphilippe et Mathieu van der Poel, des coureurs qui attaquent presque tous les jours et sur tous les terrains. Bon, Van der Poel, il a quand même fait exploser le Tour au bout d'une semaine avant de se barrer, a également regretté l'ancien entraîneur passé notamment par Bordeaux et Marseille durant sa carrière. Il met des cartouches de partout et puis ciao ! Les autres, eux, sont obligés de continuer. C'est comme si une équipe de foot jouait huit matchs à fond et déclarait forfait au 9eme pour le reste de la saison : ça te fausse tout le Championnat. Enfin, j'apprécie Alejandro Valverde. À 41 ans, il est toujours là, avec les meilleurs. Il m'impressionne. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.