UAE Team Emirates : Pour Lappartient, Pogacar n'a pas eu recours au dopage

UAE Team Emirates : Pour Lappartient, Pogacar n'a pas eu recours au dopage©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le mardi 20 juillet 2021 à 19h45

Alors que Tadej Pogacar a remporté ce dimanche son deuxième Tour de France, les suspicions concernant le Slovène sont reparties de plus belle. Mais, selon le président de l'UCI David Lappartient, aucun élément ne vient remettre en cause la probité du coureur.



Après son coup d'éclat l'an passé, Tadej Pogacar a réalisé ce qui s'avère souvent compliqué : confirmer. Vainqueur du Tour de France 2020 à la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées, le leader de l'équipe UAE Team Emirates a, cette fois, écrasé la course pour s'imposer avec plus de cinq minutes d'avance sur son dauphin Jonas Vingegaard. Un succès qui, au fil des trois semaines de course, a ravivé la suspicion concernant le Slovène de 22 ans. L'intéressé n'a pas manqué d'assurer à ses détracteurs que « nous avons beaucoup de contrôles antidopage afin de démontrer qu'ils se trompe ». Alors que le dopage technologique autant que physiologique est au cœur de la psychose que traverse le peloton, David Lappartient a tenu a intervenir dans un entretien accordé au quotidien britannique The Guardian. Selon le président de l'Union Cycliste Internationale (UCI), aucun élément ne permet de douter des performances du vainqueur du Tour de France 2021.

Lappartient : « Le risque zéro n'existe pas »

A cette occasion, le patron du cyclisme mondial a assuré que Tadej Pogacar ne peut être accusé de dopage technologique. « J'ai en ma possession les images du vélo de Pogacar et tout est propre au sujet des résultats du contrôle par rayons X. En tant que président de l'UCI, j'ai toute confiance dans l'Agence Internationale de Contrôle à Lausanne, a ainsi déclaré David Lappartient. La seule limite en la matière est la capacité des laboratoires à détecter certaines substances, ce qui concerne tous les sports. En ce qui concerne le cyclisme, nous avons mis en place un programme de contrôles solide en ce qui concerne autant le dopage que la fraude technologique. De ce fait, il n'y a pas de raison de douter. Néanmoins, il faut admettre que le risque zéro n'existe pas. » Des déclarations qui interviennent alors que l'encadrement de Tadej Pogacar est souvent pointé du doigt pour son implication dans divers scandales passés liés au dopage et que cela rejaillit sur les performances du Slovène.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.