Tour : Zoom sur le prix de la combativité

Tour : Zoom sur le prix de la combativité©Panoramic, Media365

Guillaume MARION : publié le lundi 24 août 2020 à 15h15

Depuis 1952, le prix de la combativité est décerné après presque chaque étape sur le Tour de France et récompense les coureurs qui animent les courses. Retour sur cette récompense peu commune.



Grâce à son dossard rouge, le plus combatif de la veille est visible de tous sur les routes du Tour de France. Instauré en 1952, le prix de la combativité a bien évolué depuis. A l'époque, il était seulement attribué après chaque étape, sauf les contre-la-montre, à un coureur qui s'était mis en évidence le jour-même. Depuis 1956, un cycliste est également désigné comme vainqueur de cette récompense sur l'ensemble du Tour, c'est le « super-combatif. » Ce dernier doit impérativement terminer la course pour gagner ce prix. En revanche, il n'y a pas de maillot spécifique pour le vainqueur, juste un dossard rouge lors de l'étape suivante. Depuis 2003, c'est un jury composé de journalistes, d'anciens coureurs cyclistes et d'organisateurs du Tour de France qui décerne le prix de la combativité.

Une récompense maudite pour le général ?

Ainsi, en 2019, le jury était présidé par Thierry Gouvenou (ASO) et on retrouvait Laurent Jalabert (France Télévisions et RTL), Jean Montois (AFP) et Alexandre Roos (L'Équipe) parmi les votants. De plus, Andy Schleck et le vote du public comptaient dans le jury pour le choix du « super-combatif » à l'issue de la Grande Boucle. Le premier vainqueur en 1956 fut le Français André Darrigade, depuis de prestigieux noms, comme Eddy Merckx, Bernard Hinault, Laurent Fignon, ou encore Richard Virenque ont remporté ce prix. Dernièrement, ce sont Romain Bardet, Peter Sagan, Warren Barguil, Daniel Martin et Julian Alaphilippe de 2015 à 2019 qui ont été distingués de la sorte. A noter, que depuis 1981, les cyclistes qui ont gagné ce prix n'ont pas réussi gagner le Tour la même année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.