Tour : Virenque regrette qu'on ne veuille plus de lui

Tour : Virenque regrette qu'on ne veuille plus de lui©Media365

Marie Mahé : publié le jeudi 17 septembre 2020 à 20h20

Dans une interview accordée au Parisien, Richard Virenque regrette de ne plus être sollicité pour se rendre sur le Tour de France. Cette année, l'ancien coureur intervient sur les ondes d'Europe 1, mais depuis chez lui.



Richard Virenque semble en avoir gros sur le cœur. Ce jeudi, dans une interview accordée au Parisien, l'ancien coureur a regretté le fait de ne plus être sollicité pour travailler sur le Tour de France et a désormais l'impression d'être oublié par le milieu : « C'était quelque chose qui était ancré en moi. Je l'ai disputé douze fois et j'étais ensuite sur la route pendant près de quinze ans. C'est comme un rituel. Et cela fait deux ans que je ne peux pas venir. [...] Manifestement, je ne rentre plus dans les schémas de communication. Désormais, c'est un monde où, pour être dans les bonnes cases, il faut être bien vu. Ce ne doit pas être mon cas. » Septuple vainqueur du maillot à pois, le Français en a longtemps été l'ambassadeur : « Le Maillot à pois a changé de sponsor il y a un an (ndlr : Carrefour a succédé à Leclerc). J'ai demandé un rendez-vous pour savoir si ce dernier voulait continuer avec moi. Même ce rendez-vous, on ne me l'a pas accordé ! J'ai fini par apprendre que je n'incarnais pas le changement. Je veux bien mais ce maillot, je crois que personne ne l'incarne mieux que moi. Je l'ai gagné sept fois. J'ai une légitimité qui aurait mérité, au moins, qu'on m'accorde un rendez-vous. Mais on m'a débranché du Tour. »

« Il faut être aveugle et sourd pour ne pas voir que, quand je suis là, des choses se passent avec le public »

Lors de cette édition 2020, Virenque intervient bien dans les médias, et plus précisément sur les ondes d'Europe 1, mais depuis son domicile. Cela fait ainsi deux ans qu'il n'a plus été sur la Grande Boucle, alors que son contrat de consultant sur Eurosport n'avait alors pas été renouvelé. Il y a encore peu, le Varois pouvait signer des centaines d'autographes au moment du village départ : « Mais franchement, il faut être aveugle et sourd pour ne pas voir que, quand je suis là, des choses se passent avec le public. Je regrette qu'on ne veuille plus de moi sur le Tour pour recréer et partager cette passion avec les gens. Consultant ou relations publiques d'une marque, je peux faire des choses. » Reste désormais à savoir si son appel du pied sera entendu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.