Tour : Les Champs-Elysées pour clôturer le bal

Tour : Les Champs-Elysées pour clôturer le bal©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le mercredi 26 août 2020 à 22h55

Cette année encore, le Tour de France se terminera sur les Champs-Elysées le 20 septembre prochain, comme c'est désormais la tradition depuis 1975. Retour sur l'histoire de cette spécificité sur la Grande Boucle.



Quoi de mieux que la plus belle avenue du monde pour en finir d'une édition du Tour de France ? Depuis 1975, la Grande Boucle a pris pour habitude de finir sur les Champs-Elysées. Une initiative que l'on doit à Félix Lévitan, alors codirecteur de l'épreuve, et au journaliste Yves Mourousi, ce dernier obtenant l'accord de Valéry Giscard d'Estaing, qui venait tout juste de prendre ses fonctions de président de la République, en 1974. Depuis, la dernière étape est devenue un rendez-vous à part entière dans un des plus beaux endroits de Paris. Avant cela, les premiers Tour de France se terminaient soit dans la ville d'Avray (1903 et 1904), soit dans un vélodrome parisien. Celui du Parc des Princes (16eme arrondissement) de 1905 à 1967, puis celui de la Cipale (12eme arrondissement) entre 1968 et 1974. Alors que le leader du classement général est presque tout le temps connu avant ce dernier rendez-vous, sauf en 1989 et la lutte entre Laurent Fignon et Greg LeMond, les Champs-Elysées permettent de fêter la fin de la Grande Boucle, alors que la Patrouille de France les survole à l'entrée des coureurs sur le circuit depuis 2013.

Cavendish et Hinault à l'honneur

C'est également là, que les différentes récompenses sont données à l'issue de l'épreuve. Pour cette dernière étape, ce sont en général les sprinteurs qui sont à la fête, avec seulement sept éditions qui ne se sont pas terminées ainsi à cause d'échappées depuis 1975. A ce petit jeu-là, c'est le Britannique Mark Cavendish qui s'en sort le mieux, avec quatre victoires de 2009 à 2012. « Si vous demandez quelle est l'arrivée la plus célèbre, les gens diront qu'il s'agit des Champs-Élysées », expliquait d'ailleurs le natif de l'île de Man. En revanche, ce sont les Belges avec neuf succès qui dominent ce classement symbolique. A noter, qu'un seul coureur porteur du maillot jaune s'est imposé dans le 8eme arrondissement parisien : le Français Bernard Hinault en 1979 et 1982.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.