Tour : Le sprint, si dangereux mais si beau...

Tour : Le sprint, si dangereux mais si beau...©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 17 août 2020 à 15h45

Ah, les fameuses arrivées au sprint... Si pour certains, elles sont synonymes de seul égaiement à la fin d'étapes ennuyeuses, elles sont surtout une composante essentielle et très prestigieuse du cyclisme.



Sur le Tour de France, un sprinteur est un coureur capable de terminer une étape de façon très explosive, en accélérant rapidement jusqu'à atteindre des vitesses élevées proches des 70 km/h. Souvent, ils se placent stratégiquement d'un autre coureur, ou d'un groupe, afin d'économiser leur énergie pour attendre le moment propice et lancer leur sprint jusqu'à la ligne d'arrivée. Concernant le classement par points, le maillot vert revient généralement au sprinteur le plus constant, étant donné qu'il y a plus de points à gagner sur les étapes de plaine, plus propices aux arrivées au sprint. Mais les corps larges et puissants des sprinteurs ne sont pas faits pour disputer la victoire sur les étapes de montagne, ou sur un contre-la-montre individuel.

Deceuninck - Quick Step : "Jakobsen évolue très bien"

Les sprinteurs ne gagnent donc pas le classement général et son maillot jaune, cependant ça ne les empêche pas de remporter des victoires d'étape (dont celle des Champs-Elysées, la plus mythique) : ainsi le Britannique Mark Cavendish est le sprinteur le plus prolifique de l'histoire du Tour, avec 30 succès en douze participations. Il se place deuxième de l'histoire derrière Eddy Merckx et ses 34 victoires, et devant Bernard Hinault (28). Parmi les autres coureurs en activité et spécialistes du sprint - et encore plus du maillot vert -, on peut aussi citer Peter Sagan et ses douze victoires, pour le moment à égalité avec les légendes Mario Cipollini, Erik Zabel ou encore Robbie McEwen. Marcel Kittel, qui a arrêté il y a peu, pointe lui à quatorze succès.

Bien sûr, le sprint reste un exercice ô combien dangereux, comme l'a encore montré l'arrivée catastrophique de la première étape du Tour de Pologne la semaine dernière, Dylan Groenewegen envoyant violemment Fabio Jakobsen dans les barrières. Ce dernier, placé en coma artificiel, s'en est heureusement tiré d'affaire et son état "évolue très bien", selon les ultimes nouvelles données par le médecin de son équipe Deceuninck - Quick Step (à Belga).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.