Tour : Le jour où Virenque a triomphé au Mont Ventoux

Tour : Le jour où Virenque a triomphé au Mont Ventoux©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le samedi 22 août 2020 à 21h16

Richard Virenque avait offert un moment d'anthologie en s'imposant magistralement au Mont Ventoux lors du Tour de France 2002.



Ce dimanche 21 juillet 2002, le public français a vibré sur les routes du Tour de France et devant sa télévision. Richard Virenque a offert « un bon dimanche dans le fauteuil », comme le cycliste le dira après l'arrivée au Mont Ventoux où il a passé fièrement la ligne d'arrivée en premier. Une étape d'anthologie remportée par le coureur tricolore qui s'est offert le luxe de devancer Lance Armstrong, alors triple vainqueur de l'épreuve.

Virenque relègue Armstrong à 2'20''

Déjà victorieux au Ventoux, le « mont chauve », dans le Critérium du Dauphiné Libéré, Virenque s'y illustre pour la première fois sur le Tour en ce chaud dimanche de juillet. Cette année-là, le Varois est surmotivé après plusieurs longs mois compliqués. Absent du Tour l'année précédente et de retour après neuf mois de suspension et ses aveux au procès Festina, le coureur de Domo signe une échappée immense de 202 kilomètres et une ascension prodigieuse dans cette 14eme étape d'une épreuve dont Armstrong a endossé le maillot jaune trois jours auparavant à La Mongie.

Devant avec dix autres coureurs, Richard Virenque débute la montée du Ventoux avec 7 minutes et 10 secondes d'avance sur le peloton, puis il va les lâcher un à un dans les 21 kilomètres de l'ascension abordée par 36 degrés à l'ombre. Le Français s'envole magnifiquement sur un tracé marqué par une pente de 8% et l'emporte avec 1'58'' sur le Russe Alexandre Botcharov et Armstrong, relégué à 2'20''. Après 5 heures et 43 minutes d'effort, Virenque termine l'étape avec l'index droit pointé vers le ciel.

Virenque : « Au Ventoux, c'est ma plus belle victoire »

Le coureur tricolore remporte à 32 ans sa cinquième grande étape de montagne du Tour de France, sa troisième dans les Pyrénées après Luz-Ardiden en 1994 et à Cauterets en 1995 (deux dans les Alpes à Courchevel en 1997 et à Morzine en 2000). Un an jour pour jour après la fin de sa suspension, le quintuple vainqueur du maillot à pois de meilleur grimpeur (il en remportera ensuite deux autres en 2003 et 2004) apprécie le moment à sa juste valeur. « C'est énorme ! L'échappée qu'on a faite, je n'y croyais pas. J'ai été porté par le public, confie le grimpeur chouchou des Français. J'avais déjà gagné deux fois au Ventoux dans le Dauphiné. Mais c'est la première fois dans le Tour. Au Ventoux, c'est ma plus belle victoire, ce col est majestueux et mythique... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.