Tour : Fausto Coppi, le "campionissimo"

Tour : Fausto Coppi, le "campionissimo"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 25 août 2020 à 15h24

Vainqueur à deux reprises du Tour de France en trois participations, l'Italien Fausto Coppi a marqué l'histoire de la Grande Boucle, et celle du cyclisme. 


On l'appelait le "campionissimo". Et Fausto Coppi reste considéré comme l'un des meilleurs coureurs de l'histoire du cyclisme. C'est en 1949 qu'il a connu l'apogée de sa carrière, en devenant le premier à réussir le doublé Tour d'Italie-Tour de France. Une Grande Boucle qu'il aura remportée à deux reprises en trois participations, la deuxième fois en 1952, de nouveau après s'être adjugé le Giro. Et l'ancien recordman de l'heure a même une stèle dressée à son nom au col de l'Izoard, où il est rappelé qu'il a franchi en tête le mythique col à deux reprises. 

Ce n'était pourtant pas gagné au départ du Tour 1949. Car la cohabitation avec son aîné Gino Bartali ne s'annonçait pas des plus simples au sein de la sélection italienne. Ils parviendront finalement à s'entendre, Coppi laissant gagner Bartali le jour de ses 35 ans, avant que ce dernier ne l'aide à son tour pour remporter la victoire finale. Il glanera trois étapes cette année-là, arrivant avec Paris avec le maillot jaune et en terminant également meilleur grimpeur. Victime d'une fracture du bassin, il ne prendra pas part à l'édition 1950. Et en 1951, le cœur n'y est plus lorsqu'il prend le départ du Tour quelques semaines après le décès de son frère Serse, victime d'une chute sur le Tour du Piémont. 

Dixième en 1951, où il gagne tout de même une victoire d'étape, il s'imposera donc de nouveau en 1952, avec cinq étapes remportées, et encore le maillot de meilleur grimpeur. Une édition 1952 qui restera la dernière Grande Boucle de Fausto Coppi, décédé en 1959 à 40 ans après avoir contracté la malaria lors d'un critérium à Ouagadougou. "Le numéro un dans les résultats, c'est Eddy Merckx. Il y a pour moi quelqu'un qui est au-dessus de ce numéro un, c'est Fausto Coppi, parce qu'il s'est manifesté dans des conditions qui atteignaient le divin, le surhomme, par sa morphologie, par sa nature physique", confiait Jacques Goddet, fondateur de L'Equipe et ancien directeur du Tour de France. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.