Tour de France : Rohan Dennis, un abandon et beaucoup de questions

Tour de France : Rohan Dennis, un abandon et beaucoup de questions©Media365

Aurélien CANOT, publié le jeudi 18 juillet 2019 à 15h49

Alors qu'il avait tenté de prendre l'échappée en début d'étape et qu'il semblait l'un des immenses favoris du contre-la-montre de vendredi à Pau, l'Australien Rohan Dennis (Bahrain-Merida) a jeté l'éponge peu de temps après le départ de la 12eme étape du Tour de France, ce jeudi. Un abandon qui interpelle, d'autant que même les managers de l'équipe de Dennis n'avaient pas d'explication à donner à cette décision de leur coureur.

Mais qu'est-il donc arrivé à Rohan Dennis jeudi en début de 12eme étape peu de temps avant d'escalader le premier col de cette édition, le Col de Peyresourde ? Ou plutôt, qu'est-il passé par la tête de l'Australien, pour ne pas dire quelle mouche a donc pu le piquer pour qu'il jette l'éponge peu de temps après le départ de Toulouse lors de cette première étape pyrénéenne de 209,5 km conduisant le peloton à Bagnères-de-Bigorre ? Personne ne semblait savoir, ni du côté des suiveurs, ni même au sein de l'équipe de Dennis la Bahrain-Merida, dont les managers les premiers ne semblaient pas comprendre (ils ont expliqué sur Twitter avoir ouvert une enquête pour tenter de savoir) ce qui avait pu pousser leur coureur à mettre pied à terre en début d'après-midi. Un abandon d'autant plus étonnant que l'ancien pensionnaire de la BMC (devenue aujourd'hui CCC) avait montré dès le départ réel lancé en tentant d'attaquer et de prendre la bonne échappée (ce qu'il n'a pas réussi) qu'il tenait toujours la même forme qui lui avait permis de terminer deuxième du Tour de Suisse peu de temps avant le départ de ce Tour 2019.


Jeudi matin, Dennis parlait du CLM de vendredi comme s'il allait y participer 



Certes, Dennis, pour sa quatrième participation à la Grande Boucle, n'avait pas réalisé de prouesses durant les dix premiers jours, avec déjà un retard de plus d'une heure (1h10'46, 102eme position) sur le maillot jaune français Julian Alaphilippe. Mais la perspective du contre-la-montre de Pau de vendredi, dont il était bien évidemment l'un des principaux favoris, aurait dû l'inciter à prolonger au moins l'aventure jusqu'à ce chrono en Béarn, qu'il soit lassé ou pas et quel que soit son degré de motivation du moment.


Sophie Smith, envoyée spéciale sur le Tour pour la chaîne SBS Australia assure d'ailleurs sur son Twitter qu'elle avait évoqué ce CLM individuel avec l'intéressé jeudi matin avant le départ de la 12eme étape, et que ce dernier en avait parlé comme s'il était certain d'y participer. La reporter s'interroge donc elle aussi sur les raisons de l'abandon de Rohan Dennis, dont le vélo a été retrouvé au pied du bus de l'équipe, tandis que l'intéressé, lui, s'était déjà réfugié à l'intérieur. « La cause est toujours inconnue pour le moment », écrit Sophie Smith. Elle ne devrait pas le rester bien longtemps. « Nous ne ferons aucun communiqué tant que nous ne saurons pas ce qui est arrivé à Rohan Dennis », a toutefois prévenu la Bahrain-Merida.

Son équipe également dans la confusion

A l'issue de l'étape, les dirigeants de l'équipe Bahrain-Merida sont sortis de leur silence par l'intermédiaire de Gorazd Stangelj qui n'a pas voulu s'étendre sur les raisons qui ont poussé Rohan Dennis à claquer la porte du Tour de France. « Nous sommes tout aussi confus. Je peux dire que je suis déçu de ce qui est arrivé avec Rohan Dennis aujourd'hui (jeudi) parce qu'on s'attendait à ce qu'il soit là demain (vendredi), a déclaré ce dernier face à une nuée de journalistes. C'était son choix de s'arrêter pendant l'étape, on s'est également arrêtés avec la voiture pour essayer de trouver une solution à cette situation mais il m'a dit qu'il ne voulait pas parler et simplement arrêter la course. Je ne peux rien vous dire sur les raisons qui l'ont poussé à quitter le Tour. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.