Tour de France : Les réactions à l'issue de la 13eme étape

Tour de France : Les réactions à l'issue de la 13eme étape©Media365
A lire aussi

Alexis Petit, publié le vendredi 19 juillet 2019 à 20h04

Retrouvez les réactions des coureurs et directeurs sportifs à l'issue de la 13eme étape du Tour de France 2019.

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step) - Vainqueur d'étape et maillot jaune

« C'est incroyable, je suis vraiment content. Je savais que sur un parcours comme ça je pouvais faire une bonne performance mais je ne pensais pas gagner. Je me suis dit que je n'avais rien à perdre, que je devais faire le maximum, me mettre à bloc pendant quinze bornes. La première partie me correspondait vraiment bien et après tu limites la casse, tu vois ce que tu peux faire. J'avais dit avant le départ que je voulais me surprendre. J'ai repoussé mes limites. A la fin, je n'entendais même plus mon directeur sportif dans l'oreillette avec ce public plein de folie. J'ai juste tout donné jusque la ligne, comme d'habitude. Mais je ne réalise pas encore. Ils ont tous pleuré dans la voiture de l'équipe. J'ai vu mon cousin Franck sur la ligne de départ, il m'a dit que c'était pour moi aujourd'hui. Je lui ai répondu que j'allais faire un bon truc car je savais que j'allais me mettre la misère. Après je ne pensais pas gagner avec de l'avance comme ça sur Geraint Thomas. Là il faut que je récupère. »

Geraint Thomas (GBR/Ineos) - 2eme du général (+1'26'')

« Je ne m'attendais pas à cela de la part de Julian Alaphilippe. Il va incroyablement bien et il est certainement favori, ou l'un de ceux à suivre en ce moment. Bien sûr qu'il peut garder le maillot jaune jusqu'au bout. La manière dont il court, s'il continue comme ça, il va gagner. Mais il reste beaucoup d'étapes et surtout de très difficiles. »

Thibaut Pinot (FRA/Groupama-FDJ) - 7eme du général (+3'22'')

« C'est un très beau chrono, je sentais que j'avais de la force. Il me manque un petit peu parce que je n'ai pas eu d'oreillettes. C'était un peu déstabilisant au début, mais je l'ai eu au deuxième intermédiaire, je connaissais mon allure, donc ça allait. Rage ou concentration ? Les deux. C'est vrai que j'en avais un peu marre des étapes de plaine. On rongeait un peu le frein, j'avais envie de lâcher les chevaux. Aujourd'hui, c'était la première vraie bataille. J'ai répondu présent. »

Nairo Quintana (COL/Movistar) - 9eme du général (+3'55'')

« Ma condition était bonne. Espérons que ce qui se passera dans la montagne nous permettra de faire une très bonne performance au final. J'ai perdu un peu de temps aujourd'hui mais les sensations furent bonnes. J'ai notamment perdu du temps sur la partie finale, où les rouleurs ont pu exprimer leur puissance. Désormais, nous allons pouvoir commencer à bouger puisque nous arrivons sur notre terrain. »

Enric Mas (ESP/Deceuninck-Quick Step) - Maillot blanc et 4eme du général (+2'44'')

« C'est mon premier Tour de France. Me voir dans cette position en deuxième semaine, ça m'impressionne. Je suis fier. Ma deuxième place l'an dernier sur la Vuelta m'a donné de l'expérience. Julian (Alaphilippe) est en tête. On va essayer de défendre le Maillot Jaune en suivant les meilleurs. L'équipe (Deceuninck-Quick Step) est une famille. On est tous amis. En ce moment, ce sont des bons moments à partager. »

Stéphane Rossetto (FRA/Cofidis) - 46eme de l'étape

« Le parcours est passé super vite, j'ai loupé un virage et j'ai failli tomber, j'ai eu aussi un petit souci à la fin mais je me suis fait plaisir. Je sais que j'ai des lacunes parfois sur les trajectoires. Personne n'est parfait. Quand tu te pètes le bassin en trois parties, tu y réfléchis à deux fois avant de prendre les virages après. Je voulais faire un chrono honorable, c'est le Tour de France, j'honore toutes les étapes. Le chrono c'est ma discipline, je suis vice-champion de France, ça me plait le chrono et je le fais à fond. Le parcours était magnifique, le public m'a soutenu tout le long. »

Patrick Lefevere - Directeur sportif Deceuninck-Quick Step

« C'est fantastique ! On se demande tous les jours comment c'est possible, être capable de faire ça, il (Julian Alaphilippe) me surprend tous les jours. Quand j'ai vu le parcours, je me suis dit que c'était bien adapté à Julian. Je n'avais pas peur pour le maillot jaune, mais gagner l'étape... »

Julien Jurdie - Directeur sportif AG2R-La Mondiale

« C'est beaucoup, on avait plutôt fait une estimation de la minute. C'est clair qu'il y a de la déception, de la frustration. On pensait faire beaucoup mieux aujourd'hui. On a bien vu Romain dans les parties montantes, qui manquait de punch, de puissance, de force. C'est un peu contradictoire puisqu'on le sentait plutôt pas trop mal dans les parties plates, et dans les parties montantes un peu en difficulté. C'est difficile à expliquer. [...] Il y a forcément beaucoup de déception, de frustration. Il reste cinq étapes de montagne, il y a de quoi faire pour se rattraper et se faire plaisir. »

Sources : France Télévisions, RMC Sport, Cyclism'Actu et L'Equipe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.