Tour de France : Les déclarations des coureurs à l'issue de la 1ere étape

Tour de France : Les déclarations des coureurs à l'issue de la 1ere étape©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 06 juillet 2019 à 19h27

Retrouvez les déclarations des coureurs ayant marqué la première étape du Tour de France 2019.


Mike Teunissen (PBS/Jumbo-Visma) - 1er

« C'était un gros objectif cette arrivée, mais avec Dylan. Cela fait des semaines et des mois qu'on travaille pour cette étape, et soudain tous les espoirs disparaissent sur une chute. Je n'ai pas pris le temps de réfléchir et de me faire envahir par du négatif. J'ai vu que c'était le chaos, que j'avais de bonnes jambes et que c'était un finish qui pouvait me convenir, alors j'y suis allé à fond. Je ne pouvais pas m'imaginer que j'allais dépasser tous les favoris ! Je n'étais pas sûr qu'il était tomé, mais j'ai entendu une grosse chute, j'ai vu une pile de coureurs et j'ai vu qu'il n'était plus avec moi. Je me suis dit que ce serait quand même dommage d'avoir travaillé autant, tout ça pour rien. J'ai bien fait de tout tenter. »

Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe) - 2eme (même temps)

« Comme toujours, la première étape du Tour de France est folle. Il y a eu une échappée tôt dans l'étape et nos coureurs ont travaillé pour la garder sous contrôle. A un moment critique de la course, à quelques kilomètres du sprint intermédiaire, l'équipe a mis un coup d'accélérateur au moment d'entrer dans un secteur pavé, scindé le peloton et repris l'échappée, ce qui m'a donné l'opportunité d'aller chercher les 20 points. Ensuite, dans les derniers kilomètres, nous avons maintenu un tempo intense dans un peloton nerveux avec quelques chutes. J'étais bien positionné pour un sprint massif et surtout en bonne forme. C'était bizarre mais il m'a paru que tout le monde avait coupé son effort à 300 mètres de la ligne d'arrivée. J'ai accéléré, tout donné mais, pour quelques centimètres, j'ai été battu sur la ligne à la photo finish. »

Caleb Ewan (AUS/Lotto-Soudal) - 3eme (même temps)

« Bien entendu, j'ai essayé de gagner aujourd'hui (samedi) et je suis déçu car on n'a pas tous les jours l'occasion d'aller chercher le maillot jaune sur un sprint massif. Le maillot blanc est une consolation mais, en fin de compte, tout ce qu'on veut, c'est gagner. Dans le final, il y avait des coureurs partout, ce n'était pas un sprint organisé. Chaque sprinteur était livré à lui-même et c'était assez difficile de naviguer dans cette confusion. J'aurais certainement dû me trouver davantage à l'avant lorsque nous sommes arrivés au sommet de la butte à 500 mètres de l'arrivée. J'ai senti que j'arrivais assez vite et je suis certain que j'ai les jambes pour gagner. Mais malheureusement, je n'ai pas pu le montrer à la fin. »

Elia Viviani (ITA/Deceuninck-Quick Step) - 9eme (même temps)

« J'ai perdu mes coéquipiers dans les deux derniers kilomètres et j'ai fini dans la mêlée avec les autres coureurs. J'étais dans la roue de Maximiliano Richeze mais, dans une chicane, plusieurs coureurs se sont glissés entre nous et j'ai perdu quelques positions. J'ai trouvé un espace dans les derniers mètres mais j'ai utilisé mon énergie pour reprendre une bonne position. J'étais dans la roue de Peter Sagan quand le sprint a été lancé mais je me suis assis sur ma selle. J'aurai pu faire mieux mais, ensuite, j'ai touché légèrement Caleb Ewan et j'ai donc fini neuvième. Je suis triste car les gars ont fait un travail parfait mais je n'ai pas pu le conclure. Si quelqu'un arrive à nous battre, il faut le féliciter, nous ne pouvons rien dire d'autre à ce sujet et nous ne pourrons qu'essayer à nouveau dans les jours à venir. »

Greg van Avermaet (BEL/CCC) - 11eme (même temps)

« J'étais très motivé à l'idée de faire quelque chose sur mes terres. Ce sera sans doute la seule fois dans ma carrière où le parcours du Tour de France proposera le Mur de Grammont, qui est situé près de chez moi et c'est toujours spécial de courir devant vos fans, vos amis et votre famille. En lui-même, le Mur a été très sympa avec beaucoup de monde et une belle atmosphère mais il faut toujours terminer premier au sommet. Ça n'a pas été aussi facile que vous avez pu le voir à la télévision. Xandro Meurisse est un coureur très puissant et je le craignais. Je suis heureux d'avoir pu remporter la première ascension répertoriée et prendre le maillot à pois pour, au moins, les deux prochains jours. C'était intéressant d'avoir un plan en tête et je savais que si je passais en tête le Mur, ça suffirait à m'assurer de porter le maillot à pois à l'issue de l'étape et j'étais concentré sur cet objectif. Pour être tout à fait honnête, cela m'a provoqué un peu de stress au départ mais tout s'est bien passé et, demain (dimanche), il y en a qui vont être surpris de me voir porter un maillot comme celui-ci. »

André Greipel (ALL/Arkéa-Samsic) - 18eme (même temps)

« Florian Vachon m'a toujours mis dans de bonnes conditions mais j'étais tout seul pour les derniers kilomètres. Les quatre derniers étaient très difficiles. J'étais comme une boule dans un flipper, ça zigzaguait à gauche puis à droite. Je suis content de ne pas chuter aujourd'hui. J'étais juste derrière. J'ai pu faire le sprint mais je n'étais pas bien placé dans les 800 derniers mètres. Je me sens beaucoup mieux qu'au Dauphiné, j'ai juste besoin d'un peu de chance. »

Jakob Fuglsang (DAN/Astana) - 93eme (même temps)

« Un coureur a chuté devant moi alors que nous remontions vers l'avant du peloton pour rester loin des problèmes. C'était impossible de l'éviter et j'ai alors chuté à mon tour. Ce n'est de cette manière que vous voulez entamer le Tour de France. Je suis heureux du fait qu'il n'y ait pas de fractures, ce qui va me permettre de continuer la course. Nous allons voir comment ça se passe demain (dimanche). »

Geraint Thomas (GBR/Ineos) - 111eme (même temps)

« Je vais bien. Ça roulait assez lentement au moment où je suis tombé. J'avais de la marge et j'ai évité la chute mais avec les barrières, il n'y avait nulle part où aller. Le principal, c'est qu'il n'y a pas dégâts. C'était bien de retrouver le rythme avec les gars. Nous avons très bien roulé ensemble, toujours à l'avant. La communication était bonne. Nous allons essayer de continuer comme cela. »

Stéphane Rossetto (FRA/Cofidis) - 163eme (+3'06'')

« D'habitude au mois de juillet, je vous écoute à la radio et je vous regarde à la TV. C'est super d'être ici et d'avoir une récompense à la fin de ma première journée sur le Tour de France. C'est un bon début. Au départ j'ai essayé de prendre la première échappée mais je n'ai pas réussi à m'accrocher au bon mouvement. Puis quand le peloton a repris les attaquants, je me sentais plutôt frais et je voulais éviter de participer à un final nerveux. C'était une belle journée à l'avant. »

Sources : Site officiel du Tour de France, de l'équipe Ineos, de l'équipe Bora-Hansgrohe, de l'équipe CCC, de l'équipe Astana, AFP, Cyclingnews.

>>>Retrouvez le résumé de l'étape en cliquant ici

>>>Tous les classements en cliquant ici

>>>Revivez le direct de l'étape en cliquant ici

Vos réactions doivent respecter nos CGU.