Tour de France : La trame du tracé 2020 déjà connue ?

Tour de France : La trame du tracé 2020 déjà connue ?©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 11 octobre 2019 à 16h00

Face aux multiples fuites dans la presse régionale, le tracé de l'édition 2020 du Tour de France se dessine avant sa présentation le 15 octobre à Paris et s'annonce corsé.



Si, pour le Tour de France 2019, le maître-mot était « 2000m d'altitude », celui de 2020 pourrait bien être « montagne », tout simplement. Alors que le sacre d'Egan Bernal est encore dans toutes les têtes, les regards vont se tourner vers 2020 le 15 octobre avec la présentation du parcours de la prochaine Grande Boucle, lors du traditionnel rendez-vous donné au Palais des Congrès de Paris. Un raout qui réserve de moins en moins de surprises tant les informations disséminées dans la presse régionale ces derniers mois sont nombreuses et, si elles sont correctement reliées, permettent de dégager une trame sans forcément avoir la totalité des détails des 21 étapes qui se présenteront aux coureurs entre le 27 juin et le 19 juillet 2020. S'il y a bien un élément pour lequel le mystère a été levé il y a longtemps, c'est bien le Grand Départ à Nice. Deux boucles autour de la capitale des Alpes-Maritimes sont au programme des deux premiers jours. Une entame de Tour qui donnera le ton avec de la haute montagne dès le deuxième jour de course et un passage par les cols de la Colmiane et du Turini, plus habitué à voir passer des voitures de rallye l'hiver que des cyclistes l'été. Les candidats au maillot jaune ne devront pas être en retard car, s'il ne se gagnera pas dans ces pentes, il est certain que certains y perdront leurs espoirs de victoire finale.

Un premier crochet dans les Alpes avant le Gard et les Pyrénées


Nice accueillera les coureurs un troisième jour avec un départ depuis l'Allianz Riviera. Si l'idée initiale semblait être de rejoindre le Circuit Paul-Ricard du Castellet, la trop grande proximité de l'organisation du Grand Prix de France de Formule 1 sur le tracé varois, causée par le lancement du Tour avancé d'une semaine, a changé la donne. Le peloton devrait rallier Sisteron dans une étape dévolue aux sprinteurs, le maire de la ville en a fait lui-même l'annonce en Conseil Municipal, avant que les Alpes n'apparaissent au programme dès la quatrième étape. Orcières-Merlette, en effet, devrait accueillir la première arrivée au sommet de la Grande Boucle 2020, susceptible de faire bouger les lignes, avant que le peloton ne rallie Gap pour reprendre la route. L'Ardèche avec Privas pour une étape de plat puis le Gard devraient accueillir les coureurs. Après le Pont du Gard en 2019, le Tour de France irait visiter un autre haut lieu du département, cette fois sur le plan topologique car, pour la première fois, le Mont Aigoual devrait être l'arrivée d'une étape lancée depuis Le Teil, près de Montélimar. Une montée finale longue de près de 30km qui devrait user les organismes alors que les Pyrénées seront à portée de vue. Deux journées en haute montagne, après une étape vallonnée entre Millau et Revel, qui pourraient faire dans le classique avec des arrivées à Loudenvielle et à Luz-Ardiden, à moins que Gavarnie n'ait retenu l'attention des organisateurs de l'épreuve.

Une étape inédite entre deux îles avant de repiquer vers les Alpes


Une fois les Pyrénées derrière eux, les coureurs encore en lice pourront profiter de la première journée de repos en Charente-Maritime. Une étape inédite, tracée entre deux iles, devrait les attendre pour relancer la machine. Depuis l'Ile d'Oléron, le peloton devrait rallier l'Ile de Ré pour une arrivée tout autant inédite. Le Tour de France devrait ensuite mettre fin à 20 ans d'absence du département de la Vienne sur son parcours, depuis le Grand Départ donné au Futuroscope en 2000. Poitiers devrait être une arrivée d'étape 25 ans après sa dernière apparition sur le Grande Boucle. Mais, contrairement à ce qui pourrait être attendu, les coureurs n'iront pas plus au nord, bifurquant vers l'est pour rejoindre Sarran. Ce qui devrait être une manière de saluer les 20 ans du musée du Président Jacques Chirac sera finalement un hommage à l'ancien chef d'Etat récemment décédé. Mais, après trois jours relativement calmes, la montagne devrait à nouveau s'inviter avec une arrivée inédite au sommet du Pas de Peyrol, aussi connu sous le nom de Puy Mary. Une étape vallonnée entre Clermont-Ferrand et Lyon, avec une arrivée sur les quais après un passage à la Croix-Rousse et à Fourvière, devrait permettre à un baroudeur de piéger les sprinteurs. Depuis la Capitale des Gaules, le peloton devrait rejoindre les Alpes pour une journée de repos avant la dernière semaine de course qui s'annonce dantesque. Le 14 juillet lancera la dernière ligne droite de l'épreuve. Et la route n'hésitera pas à se cabrer.

Un passage musclé dans les Alpes avant l'explication finale à La Planche des Belles Filles ?


Pour la deuxième fois dans son histoire, Méribel devrait accueillir une arrivée d'étape du Tour de France. Le doute subsiste sur la date exacte de ce passage, le 14 ou le 15 juillet. L'Alpe d'Huez pourrait être au programme de la Fête Nationale, repoussant le final au Col de la Loze au lendemain ou bien les mythiques 21 virages pourraient briller par leur absence une deuxième année de suite. Si cette deuxième alternative est retenue, le peloton pourrait visiter la citadelle de La Roche-sur-Foron comme arrivée de l'étape du 15 juillet, qui passerait par le Plateau des Glières et ses chemins de terre. Le Grand Colombier devrait conclure les trois jours passés dans le deuxième grand massif hexagonal... mais pas sonner la fin des réjouissances ! Rejoindre Paris après deux étapes de transition ne semble pas être une perspective alléchante pour les organisateurs du Tour. S'il devrait bien y avoir une étape de plat vers Champagnole, l'explication finale devrait adopter une forme rare. Après 19 étapes en ligne, le contre-la-montre devrait venir sceller la hiérarchie avec le retour de ce que les Italiens appellent « cronoscalata », format absent depuis 2004 et la victoire de Lance Armstrong à l'Alpe d'Huez. Au terme d'un parcours long de moins de 30 kilomètres, l'arrivée serait située au sommet de La Planche des Belles Filles, classique moderne du Tour de France. Le peloton pourra alors rejoindre les Yvelines pour la dernière étape et le final sur les Champs-Elysées. Un parcours qui s'annonce corsé mais qui demande à être confirmé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.