Tour de France (E12) : Victoire au sprint pour S.Yates, aucune offensive contre Alaphilippe

Tour de France (E12) : Victoire au sprint pour S.Yates, aucune offensive contre Alaphilippe©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 18 juillet 2019 à 17h05

Si le peloton est resté calme dans les premières pentes des Pyrénées, offrant à Julian Alaphilippe une journée de plus avec le maillot jaune, Simon Yates s'est montré le plus malin dans la dernière ligne droite face à Pello Bilbao et Gregor Mülhberger.

Le Tour de France a pris de l'altitude. Après un avant-goût à La Planche des Belles Filles et vers Colmar, la Grande Boucle a ouvert son chapitre pyrénéen avec du classique et le Col de Peyresourde puis du récent avec la Hourquette d'Ancizan. Mais, avant les deux premiers cols du premier grand massif de cette 106eme édition, le peloton a dû parcourir 130km de plat au départ de Toulouse. Une longue séquence qui a offert le terrain de jeu parfait pour les baroudeurs en recherche de victoire d'étape. Greg van Avermaet, Peter Sagan, Thomas de Gendt ou encore Simon Clarke se sont successivement mis à la planche à l'occasion d'une première heure de course effectuée à vive allure (50,6km parcourus). C'est finalement un groupe d'une quarantaine de coureurs qui a formé la grande échappée de cette 12eme étape, qui a rapidement pris une avance de quatre minutes. Un groupe dont les têtes d'affiches ont été... les sprinteurs ! Peter Sagan, Sonny Colbrelli, Dylan Groenewegen, Matteo Trentin et Alexander Kristoff ont pris la bonne roue avec comme objectif le sprint intermédiaire de Bagnères de Luchon et ses précieux points pour le classement du maillot vert. Côté Français, Tony Gallopin, Pierre-Luc Périchon, Julien Simon, Lilian Calmejane et Kévin Ledanois ont senti le coup. Le peloton a finalement « fait rideau » à l'initiative de l'équipe Ineos quand cette échappée a pris forme.


Sagan, un sprint et puis s'en va !

Alors que Tim Wellens est allé chercher le premier point pour le maillot du meilleur grimpeur, la lutte pour le maillot vert a repris de plus belle. Peter Sagan n'a laissé aucune chance à ses rivaux dans cet exercice, s'imposant nettement après avoir été lancé par Daniel Oss. Sonny Colbrelli et Alexander Kristoff ont dû s'avouer vaincus alors que Dylan Groenewegen n'a pas pris part à la bataille. Une fois son objectif atteint, Peter Sagan n'a pas hésité à lever le pied, se laissant décrocher par le reste de l'échappée, secouée par l'attaque de Lilian Calmejane, revenu sur Sonny Colbrelli, qui n'avait pas coupé son effort à l'issue du sprint. Le coureur de la formation Total Direct Energie s'est très rapidement retrouvé seul en tête de la course, le sprinteur italien n'ayant pas pu suivre dans les pentes du Col de Peyresourde mais n'a pas pu rallier le sommet du premier col des Pyrénées seul à l'avant, Tim Wellens ayant fait l'effort pour reprendre le Français juste avant la ligne pour renforcer un peu plus son maillot à pois. Dans la descente, Simon Clarke a pris l'initiative de prendre la tête, fonçant tête baissée dans la pente. Une descente menée tambour battant par l'Australien, qui a creusé un écart proche de la minute sur ses poursuivants, au nombre de 26 coureurs avec l'essentiel du groupe d'échappés initial. Cette descente a fait une victime en la personne du vainqueur à Toulouse ce mercredi, Caleb Ewan, qui a chuté mais a pu reprendre la route.


Simon Yates a bien senti le coup

Dans la courte portion de vallée entre la fin de la descente et les premières pentes de la Hourquette d'Ancizan, Simon Clarke a creusé un peu plus l'écart sur ses poursuivants, attaquant la dernière difficulté du jour avec un avantage tout juste au-dessus de la minute, ce qui a fait réagir Matteo Trentin, parti seul en chasse sur le plat. Le peloton, à six minutes de la tête de course, a vu la formation Ineos prendre la tête des opérations, comme bien trop souvent en montagne ces dernières années sur la Grande Boucle. Matteo Trentin a rattrapé puis lâché Simon Clarke avant de voir son coéquipier Simon Yates, accompagné par Gregor Mühlberger, revenir et se défaire du porteur du maillot de champion d'Europe. Pello Bilbao a réagi à retardement avant de finalement revenir sur le duo de tête au bénéfice d'un raidard dans la descente. Le trio s'est alors pleinement lancé dans la descente avec une minute d'avance sur ce qu'il reste de l'échappée du jour et une marge de huit minutes sur un peloton qui n'a absolument pas été secoué par la moindre offensive. Le trio de tête a parfaitement collaboré au fil des 30 kilomètres de descente menant à Bagnères de Bigorre, poussant les poursuivants à cesser d'espérer la victoire d'étape. Comme des pistards, les coureurs du trio de tête se sont affrontés dans le final de cette étape. Simon Yates a lancé le sprint avant le dernier virage et n'a pas été rattrapé dans la courte dernière ligne droite, devançant Pello Bilbao et Gregor Mühlberger sur la ligne d'arrivée. Le peloton, mené par la formation Ineos jusqu'au bout, a coupé la ligne un peu moins de dix minutes après Simon Yates au terme d'une journée très tranquille pour Julian Alaphilippe.



> Revivez le direct de l'étape en cliquant ici

CYCLISME / TOUR DE FRANCE 2019
12eme étape - Toulouse-Bagnères de Bigorre (209,5km) - Jeudi 18 juillet 2019
1- Simon Yates (GBR/Mitchelton-Scott) en 4h57'53''
2- Pello Bilbao (ESP/Astana) mt
3- Gregor Mühlberger (AUT/Bora-Hansgrohe) mt
4- Tiesj Benoot (BEL/Lotto-Soudal) à 1'28''
5- Fabio Felline (ITA/Trek-Segafredo) à 1'28''
6- Matteo Trentin (ITA/Mitchelton-Scott) à 1'28''
7- Oliver Naesen (BEL/AG2R-La Mondiale) à 1'28''
8- Rui Alberto Faria da Costa (POR/UAE Team Emirates) à 1'28''
9- Simon Clarke (AUS/EF Education First) à 1'28''
10- Jasper Stuyven (BEL/Trek-Segafredo) à 1'28''
...
17- Tony Gallopin (FRA/AG2R-La Mondiale) à 1'28''
...

Classement général après 12 étapes (sur 21)
1- Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step) en 52h26'09''
2- Geraint Thomas (GBR/Ineos) à 1'12''
3- Egan Bernal (COL/Ineos) à 1'16''
4- Steven Kruijswijk (PBS/Jumbo-Visma) à 1'27''
5- Emanuel Buchmann (ALL/Bora-Hansgrohe) à 1'45''
6- Enric Mas (ESP/Deceuninck-Quick Step) à 1'46''
7- Adam Yates (GBR/Mitchelton-Scott) à 1'47''
8- Nairo Quintana (COL/Movistar) à 2'04''
9- Dan Martin (IRL/UAE Team Emirates) à 2'09''
10-Thibaut Pinot (FRA/Groupama-FDJ) à 2'33''
...

> Retrouvez les classements à l'issue de l'étape en cliquant ici

La vie des maillots

Maillot jaune : Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step)

Il aurait pu voir son maillot jaune être mis en danger si les candidats à la victoire finale s'étaient attaqués. Mais il n'en a rien été. Bien au chaud dans un peloton qui a monté au train les deux cols au programme de cette étape, Julian Alaphilippe n'a pas eu à dépenser beaucoup d'énergie pour conserver la première place du classement général à la veille du contre-la-montre individuel de Pau.

Maillot vert : Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe)

Porteur du maillot vert, Peter Sagan n'a pas hésité à passer à l'attaque à plusieurs reprises pour prendre la bonne échappée et se mettre en bonne position pour aller chercher les 20 points du sprint intermédiaire et ainsi renforcer sa position en tête du classement par points, non sans oublier de faire le spectacle. Et la mission a été accomplie avec panache pour le coureur de la formation Bora-Hansgrohe qui s'est ensuite laissé glisser pour finir à son tempo l'étape sur un terrain bien moins favorable à ses qualités.

Maillot à pois : Maillot à pois : Tim Wellens (BEL/Lotto-Soudal)

Pour défendre sa tunique, Tim Wellens a fait l'effort de prendre l'échappée du jour. Le Belge a d'abord pris le point de la Côte de Montoulieu-Saint-Bernard puis a frustré Lilian Calmejane au sommet du Col de Peyresourde... avant de lâcher dès les premières pentes de la Hourquette d'Ancizan, son maillot à pois étant assuré par ses efforts précédents.

Maillot blanc : Egan Bernal (COL/Ineos)

Ce n'était pas le jour que la formation Ineos a choisi pour dynamiter le Tour de France. Egan Bernal est donc resté aux côtés de Geraint Thomas dans un peloton que la formation britannique a mené à son train, sans dépenser trop de forces.

Combatif du jour : Matteo Trentin (ITA/Mitchelton-Scott)

L'Italien a tout tenté, avec réussite, pour prendre la bonne échappée du jour et a été le premier à réagir face à l'offensive de Simon Clarke dans la descente du Col de Peyresourde, pour mieux le décrocher dans la Hourquette d'Ancizan. La ténacité du champion d'Europe a convaincu le jury du prix de la combativité dans cette 12eme étape.

> Retrouvez les réactions à l'issue de l'étape en cliquant ici

Le programme du lendemain
13eme étape - Pau-Pau (21,2m contre-la-montre individuel) - Vendredi 19 juillet 2019

Vos réactions doivent respecter nos CGU.