Tour de France : Doublé français Pinot-Alaphilippe au Tourmalet, Bardet perd pîed

Tour de France : Doublé français Pinot-Alaphilippe au Tourmalet, Bardet perd pîed©Media365

Aurélien CANOT, publié le samedi 20 juillet 2019 à 17h20

Nouvelle journée de rêve sur le Tour de France pour les Français avec la victoire de Thibaut Pinot au sommet du Tourmalet, ce samedi dans la 14eme étape. Le Franc-Comtois devance Julian Alaphilippe, encore héroïque et qui conforte encore son maillot jaune, le tenant du titre Geraint Thomas ayant laissé filer de précieuses secondes dans les derniers kilomètres. En revanche, Romain Bardet, décroché dans le Col du Soulor, a vécu une journée cauchemardesque. L'Auvergnat termine à plus de vingt minutes du vainqueur.



Après l'Alpe d'Huez, le Tourmalet. Thibaut Pinot choisit décidément bien ses endroits pour triompher. Il a surtout de la suite dans les idées, car cette victoire au sommet de l'une des ascensions mythiques des Pyrénées, le Franc-Comtois y pensait depuis plusieurs jours et ce coup de bordure venu sérieusement entamer ses rêves de victoire finale. Grâce à l'énorme travail de son coéquipier David Gaudu, présent pendant la quasi-totalité de la journée dans le groupe des meilleurs et dont les accélérations successives comme le train d'enfer imprimé dans la montée du Tourmalet ont ouvert la route au succès de son leader, Pinot a atteint son objectif, prouvant qu'il était bien le plus fort sur cette 14eme étape qu'il avait tout particulièrement bien préparée avec ses coéquipiers. Les cinq coureurs encore dans le coup pour la victoire à 200 mètres de l'arrivée ont pu s'en rendre compte lorsque le malheureux de l'étape d'Albi (10eme étape) a porté son accélération, fatale, pour aller décrocher sa troisième victoire d'étape sur la Grande Boucle et empocher dix précieuses secondes de bonification au lendemain d'une performance déjà ahurissante sur le contre-la-montre de Pau, qui lui permettent de passer de la 7eme à la 6eme place du classement général, à 3'12 (comme le 5eme l'Allemand Emanuel Buchmann) de Julian Alaphilippe. Car, oui, ce Julian Alaphilippe que tout le monde voyait déjà payer au prix fort son chrono magistral de la veille s'est non seulement accroché jusqu'au bout (ce qui n'a pas été le cas notamment de Mikel Landa, Rigoberto Uran, de Jakob Fuglsang ou même du vainqueur sortant Geraint Thomas), mais il est même venu mourir en dauphin sur les pas d'un Pinot phénoménal. Le nouveau chouchou des Français, deuxième au prix d'un ultime effort, grappille ainsi non seulement quatre secondes par rapport à tous ses rivaux, Pinot exclu, mais il profite en plus de la défaillance de Thomas dans le final (au même titre qu'Uran pour reléguer le Gallois, arrivé 36 secondes après « Super Pinot » au-delà des deux minutes (2'02).

Pendant ce temps-là, Bardet a déjà perdu le Tour

Un Tourmalet sous pavillon français, le public français en rêvait, les deux grands acteurs de ce début de Tour l'ont fait, faisant presque oublier un autre cador du cyclisme tricolore Romain Bardet. Malheureusement pour l'Auvergnat, il n'a rien fait pour redorer son blason, lors de ce samedi qui s'est révélé cauchemardesque pour le leader de l'équipe AG2R-La Mondiale, lâché dès le Col du Soulor alors que l'échappée du jour tenait encore les commandes, avec notamment dans le groupe des 17 (dont faisait partie Vincenzo Nibali) le premier fusible du jour de la Groupama-FDJ Mathieu Ladagnous (William Bonnet a été le deuxième en faisant exploser plus tard un peloton de plus en plus réduit). Bardet, quant à lui, a décroché dès que la Movistar a accéléré le rythme en tête. En perdition, il a tenté de limiter la casse grâce notamment à l'aide de ses deux coéquipiers Mickaël Cherel et Tony Gallopin. Mais à l'image de ce Tour qui a vu le protégé de Vincent Lavenu montrer d'entrée des signes inquiétants, le deuxième de l'édition 2016 et troisième l'année suivante a touché le fond, avec un débours de plus de vingt minutes à l'arrivée sur les autres favoris, les frères Yates, Dan Martin, Enric Mas ou Nairo Quintana exceptés dans une moindre mesure. Car si les autres grands perdants de cette première vraie journée pyrénéenne ont laissé eux aussi des plumes, ils n'ont eu le mérité de ne céder que dans le Tourmalet. Soit bien avant Bardet, largué, lui, dès le premier col. Autant dire que le troisième Français le plus attendu sur cette étape du Tourmalet (le quatrième Warren Barguil a terminé 9eme et a même attaqué dans le final) peut d'ores et déjà tirer un trait sur le podium. Vu son retard au général (26'05) et sa forme du moment, il serait même très étonnant qu'il finisse dans le Top 10. Entre Bardet et l'infernal tandem Pinot-Alaphilippe, qui fait aujourd'hui battre le cœur de la France comme le Brioudais en son temps, une véritable passation de pouvoir semble s'être opérée. N'en déplaise à Bardet, ce Tour est pourtant toujours celui des Français pour le moment. Les deux auteurs de ce doublé historique au Tourmalet en particulier.



>Revivez le direct de l'étape en cliquant ici

CYCLISME / TOUR DE FRANCE 2019
14eme étape - Tarbes - Tourmalet (111 km) - Samedi 20 juillet 2019
1- Thibaut Pinot (FRA/Groupama-FDJ), en 3h10'20"
2- Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step), à 6"
3- Steven Kruijswijk (PBS/Jumbo-Visma), mt
4- Emmanuel Buchmann (ALL/Bora-Hansgrohe), à 8"
5- Egan Bernal (COL/Ineos), mt
6- Mikel Landa (ESP/Movistar), à 14"
7- Rigoberto Uran (COL/EF Education First) à 30''
8- Geraint Thomas (GBR/Ineos), à 36"
9- Warren Barguil (FRA/Arkea-Samsic), à 38"
10- Jakob Fuglsang (DAN/Astana), à 53"
...

Classement général après 14 étapes (sur 21)
1- Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step) en 56h11'29
2- Geraint Thomas (GBR/Ineos) à 2'02
3- Steven Kruijswijk (PBS/Jumbo-Visma) à 2'14
4- Egan Bernal (COL/Ineos) à 3'
5- Emanuel Buchmann (ALL/Bora-Hansgrohe) à 3'12
6- Thibaut Pinot (FRA/Groupama-FDJ) mt
7- Rigoberto Uran (COL/EF Education First) à 4'24
8- Jakob Fuglsang (DAN/Astana) à 5'22
9- Alejandro Valverde (ESP/Movistar) à 5'27
10- Enric Mas (ESP/Deceuninck-Quick Step) à 5'38
...

>Retrouvez les classements à l'issue de l'étape

La vie des maillots

Maillot jaune : Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step)

D'aucuns pensaient que cette première grosse étape des Pyrénées serait fatale à Julian Alaphilippe. Il n'en a rien été. Bien placé dans le peloton, le leader au classement général a fait preuve d'une bravoure incroyable dans les derniers kilomètres de l'ascension du Tourmalet. Alors qu'il semblait par moments au bord de la rupture, Alaphilippe a résisté, contrairement à Geraint Thomas. Mieux encore, alors que Thibaut Pinot a porté l'estocade finale pour remporter l'étape, « Alaf » a terminé à la deuxième place, devant Steven Kruijswijk. Le maillot jaune accentue son avance de 36 secondes sur Geraint Thomas et de 2 secondes sur Egan Bernal. Incroyable.

Maillot vert : Peter Sagan (SLQ/Bora-Hansgrohe)

Peter Sagan remportera sans aucun doute un septième maillot vert à l'issue de ce Tour de France. Alors qu'il détenait une avance confortable, le Slovaque a montré beaucoup de panache, se détachant du peloton pour grappiller de nouveaux points pour le classement du maillot vert. Le coureur de Bora-Hansgrohe dispose de 93 points d'avance désormais.

Maillot à pois : Tim Wellens (BEL/Lotto-Soudal)

Rapidement lâché dans l'ascension du col du Tourmalet, le Belge conserve tout de même son maillot à pois, lui qui a franchi le sommet du Soulor en tête. Cependant, le coureur de la Lotto-Soudal voit Thibaut Pinot, vainqueur de l'étape, revenir à 22 points au classement de la montagne.

Maillot blanc : Egan Bernal (COL/Ineos)

Alors qu'il avait perdu son maillot de meilleur jeune à l'issue de son mauvais contre-la-montre, Egan Bernal a récupéré son précieux. Auteur d'une bonne course et présent dans les derniers kilomètres du Tourmalet, le jeune coureur a terminé l'étape en cinquième position. Enric Mas (Deceuninck-Quick Step) ayant craqué dès le début du Tourmalet, Bernal compte désormais 2'38 d'avance.

Combatif du jour : Elie Gesbert (FRA/Arkéa-Samsic)

Décidément, les Français ont régalé samedi. Le prix du combatif du jour a en effet été attribué au jeune Elie Gesbert. Le coureur d'Arkéa-Samsic a réalisé un véritable numéro dans le Tourmalet, attaquant à douze kilomètres de l'arrivée avant d'être rattrapé de longues minutes plus tard.

>Retrouvez les réactions à l'issue de l'étape

Le programme du lendemain
15eme étape - Limoux - Foix (185 km) - Dimanche 21 juillet 2019

Vos réactions doivent respecter nos CGU.