Tour de France 2019 (E20) : Les réactions

Tour de France 2019 (E20) : Les réactions©Media365

Rédaction Sport365, publié le samedi 27 juillet 2019 à 18h21

Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la 20eme étape du Tour de France 2019 entre Albertville et Val-Thorens (59 km), une étape raccourcie en raison des conditions météorologiques, et finalement remportée par Vincenzo Nibali.

Vincenzo Nibali (ITA/Bahrain-Merida) - Vainqueur de l'étape

« Je n'ai pas voulu laissé tomber, j'ai vécu des moments très difficiles. Mais je n'ai jamais baissé les bras, je savais que ça pouvait aller mieux même si j'avais le Giro dans les jambes. Aujourd'hui, cette victoire, c'est un très beau succès. je ne retrouvais plus la victoire sur le Tour depuis l'année dernière. Cette fois, j'ai réussi et c'est une grande joie. Revenir l'année prochaine sur le Tour ? C'est un peu tôt pour planifier les programmes de la saison prochaine. mais c'est sûr qu'être sur le Tour, c'est très important pour moi. J'ai toujours été très encouragé par le public, c'est magnifique. Sans le Giro, j'aurais peut-être pu pouvoir jouer le général. Mais après la dixième étape, je n'avais plus les jambes. J'avais un meilleur coup de pédale sur cette troisième semaine. »

Egan Bernal (COL/Team Ineos) - Maillot jaune

« Il faut encore arriver jusque Paris, mais il ne reste plus qu'une étape. C'était incroyable ce Tour, je ne réalise pas encore, je ne comprends pas trop ce qui m'arrive. Il va me falloir quelques jours pour réaliser. C'est tellement incroyable, je ne peux pas décrire ce que je ressens. Dès que la route s'élevait, je me sentais bien, j'avais de bonnes jambes. c'est au moment où Geraint Thomas m'a pris la main sur la ligne que j'ai compris que j'avais gagné le Tour de France. Ce n'est pas que ma victoire mais aussi celle de tout un pays, le premier Tour de l'histoire de la Colombie. Nous avions déjà gagné la Vuelta et le Giro, je suis content d'être le premier Colombien à gagner le Tour. Il va me falloir du temps pour réaliser et tout assimiler. Demain à Paris, ça va être quelque chose. Ça doit être la folie en Colombie aujourd'hui. »

Julian Alaphilippe (FRA/Deceuninck-Quick Step)

« J'ai tout donné, je pense que je ne pouvais pas faire mieux. Je m'attendais à exploser à un moment donné. J'ai quand même résister et je suis très fier de ce que mon coéquipier Enric Mas a fait pour moi. Sans lui j'aurais explosé et terminé à plus d'un quart d'heure. Tout ou rien, c'est dans mon tempérament. Que je fasse deuxième ou 50eme ça ne change rien pour moi. Je me suis battu, je ne voulais pas avoir de regrets et je ne peux qu'être fier de mon Tour cette année. C'est au-delà de ce que j'avais imaginé. Si on m'avait dit ça avant le Tour, je ne l'aurais pas cru. Je suis exténué, mais content et fier ce que j'ai fait, de ce que mon équipe a fait. Nous n'étions pas l'équipe la mieux armée pour gagner le Tour de France mais on a finalement vécu des moments exceptionnels. Et moi aussi dans ma carrière ça va changer beaucoup de choses. Ce n'est que du sport mais ce sont des moments de vie dont il faut profiter. »

Mikel Landa (ESP/Movistar) - 6eme du général à 4'23"

« Ce fut une journée très difficile, avec un rythme intense dès le pied. Personne n'a trouvé la sensation d'attaquer. Ce Tour m'a beaucoup aidé. Je suis venu avec l'objectif du podium mais ma chute dans la dixième étape m'a fait beaucoup de mal. C'était difficile d'aller de l'avant après ça mais je me suis remis dans le jeu à partir des Pyrénées. J'ai appris sur ce Tour de France, tout ce qui m'est arrivé m'aidera pour l'année prochaine. »

Romain Bardet (FRA/AG2R La Mondiale) - Maillot à pois

« Aujourd'hui, c'était très difficile. Ce maillot à pois, c'est une belle consolation après un Tour compliqué mais je ne vais pas bouder mon plaisir ce soir. La réussite me fuit depuis le début de saison et grâce à mon équipe, j'ai su garder la foi et c'est une belle consolation pour tout le monde. Je tenais à ne pas me laisser polluer par certaines questions que je vais me poser après ce Tour. C'est une course totale, où il faut rester mentalement toujours concentré. J'ai conscience de ne pas avoir montré mon meilleur visage mais on s'est battu. Dans la vie parfois il faut avoir un peu de réussite, et là ça met un peu de baume au cœur. On a gardé le cap, le moral était bon. Je n'ai pas ménagé mes efforts pour être à l'avant, prendre l'échappée. Cette expérience va me faire grandir en tant qu'homme. »

Peter Sagan (SVQ/Bora-Hansgrohe) - Maillot vert

« Je me sentais plutôt bien dans cette montée, mieux qu'au début. Deux heures ce n'est pas trop long, je n'ai pas pris de risques, j'étais tranquille. Emmanuel Buchmann termine à la quatrième place, c'est un bon résultat pour nous. Seule la victoire à Paris me manque encore. Une victoire à paris au sprint ? On verra demain. L'arrêt de l'étape hier était un moment assez particulier pour nous. J'ai vu les images à la télé et je pense que c'était à 150% la bonne décision. Ce Tour de France a été vraiment rapide mais je me suis fait vraiment plaisir. »

Alexis Gougeard (FRA/AG2R La Mondiale) - Équipier de Romain Bardet

« J'ai pris cette étape comme un chrono, c'est un effort que j'aime bien. Il n'y avait pas de trop gros pourcentages donc ça passait bien pour moi. J'ai fait une belle montée, je suis très content. Et puis demain c'est Paris quoi ! Pour moi c'est un soulagement, j'ai savouré les derniers kilomètres de la montée avec le public. J'avais besoin que ça se termine car je suis fatigué psychologiquement et physiquement. On venait pas pour le maillot à pois à la base mais pour le classement général. Mais on a changé notre fusil d'épaule. Romain (Bardet) va monter sur le podium des Champs, c'est magnifique pour l'équipe. C'était l'objectif et on l'a fait ! »

Alexis Vuillermoz (FRA/AG2R La Mondiale) - Équipier de Romain Bardet

« Un format très réduit, un condensé d'étape. On a eu deux heures de course folles. Je pense que l'étape a été intéressante. Moi j'ai pris du plaisir sur l'étape, même si ça a été dur. Les conditions météo sont finalement bien passées. Romain (Bardet) a couru de manière intelligente sur ce Tour. Il a su rebondir avec orgueil et panache pour aller chercher ce maillot. On peut arriver à Paris avec le sentiment du devoir accompli. »

Dave Brailsford (Team Ineos) - Manager

« Gagner un nouveau Tour de France avec un quatrième coureur différent, ça fait vraiment plaisir. Ce Tour était une édition merveilleuse. Grand coup de chapeau à Julian Alaphilippe qui a animé la course de manière incroyable. Je suis aussi très triste pour Thibaut Pinot qui a été contraint à l'abandon car il avait redonné plein de suspense à la course. je pense finalement que notre stratégie sur trois semaines a payé. Egan (Bernal), on est allé le chercher il y a deux ans pour préparer l'avenir et disposer d'un coureur de la nouvelle génération. Il est très mature pour un coureur de 22 ans. il grimpe très bien mais il est aussi puissant sur le contre-la-montre et peut résister en cas de vent fort en plaine par exemple. Et ça c'est rare ! Je pense qu'il n'a pas encore réalisé la portée de son exploit. Dans les jours qui viennent, sa vie va changer. »

Rudy Molard (FRA/Groupama-FDJ) - Equipier de Thibaut Pinot

« C'est allé très très vite. Jumbo (l'équipe Jumbo-Visma)a fait le pied très fort, attaquer la montée à cette vitesse là ça a mis tout le monde dans le rouge. Hier, c'était une grande tristesse. C'était injuste, on ne méritait pas ça. On voulait se battre pour Thibaut aujourd'hui, tout donner avec nos dernières forces pour lui. Demain sur les Champs, on aura tous une pensée pour lui. On n'a pas eu un Tour comme ça depuis longtemps, avec un très beau parcours. On y croyait sans y croire, au fond de nous on savait qu'on pouvait le faire. On reviendra. »

Propos recueillis par France Télévisions, RMC Sport et Cyclism'Actu

Vos réactions doivent respecter nos CGU.